Mercredi, 28 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 14 s

La forêt québécoise se porte bien selon le Forestier en chef

Le 26 juillet 2010 — Modifié à 00 h 00 min le 26 juillet 2010
Par daniel migneault

La forêt québécoise se porte bien selon le Forestier en chef

La forêt québécoise se porte-t-elle bien? Le Forestier en chef Pierre Levac considère que de grands pas ont été accomplis, mais qu’il reste encore du travail à faire.

C’est la principale conclusion qui ressort du dépôt du Bilan de l’aménagement forestier durable 2000-2008. Ce document servira de point de référence pour les prochaines évaluations du Forestier en chef.

Ainsi, le rapport conclut que la forêt s’est régénérée et qu’il n’y a pas eu de déforestation entre 2000 et 2008. Il n’y a pas eu non plus de surexploitation de la part des compagnies forestières.

Le rapport comporte toutefois certaines lacunes en raison du manque de connaissances sur certains aspects, dont la situation des vieilles forêts, les espèces en situation précaire et/ou sensible à l’aménagement forestier.

Le développement durable prend aussi en considération l’apport économique. Ainsi, la contribution de la forêt au PIB a chuté de 2 % en huit ans, en raison des difficultés rencontrées par le secteur du papier et du bois d’œuvre.

M. Levac se réjouit de l’intérêt de différents groupes pour toutes les questions liées à l’industrie forestière. Il estime que la population doit participer activement à l’aménagement forestier durable de nos forêts.

Recommandations

Le Forestier en chef adresse une série de recommandations au gouvernement du Québec pour poursuivre sur la voie de l’aménagement durable, dont la diversification des activités du secteur forestier et l’accroissement de l’innovation; la mise en place d’un système de gestion basé sur des principes rigoureux et reconnus internationalement en matière d’aménagement forestier durable; l’implication des Premières nations pour leur permettre de participer aux prises de décision.

Le Bilan de l’aménagement forestier durable a pris en compte 23 critères. Sur ces 23 critères, le Forestier en chef a remarqué une amélioration pour 15 critères entre 2000 et 2008.

Le rapport complet est disponible sur le site du Forestier en chef au www.forestierenchef.gouv.qc.ca/.

Réactions

La Conférence régionale des élus du Saguenay—Lac-Saint-Jean accueille favorablement le rapport : « Les compagnies forestières, et par association, les régions à vocation forestière comme la nôtre sont souvent perçues, par certains groupes, comme des exploiteurs ou même des pilleurs de la forêt. Les conclusions du rapport confirment plutôt que la forêt québécoise n’est victime ni de déforestation ni de surexploitation. La population, propriétaire de la forêt, devrait maintenant être rassurée sur le fait qu’au Québec, nous faisons une exploitation légitime et respectueuse de cette ressource naturelle renouvelable », affirme le président de la CRÉ, Georges Bouchard.

Le député de Roberval, Denis Trottier, est heureux des conclusions du rapport, mais est beaucoup plus critique à l’endroit du gouvernement libéral. En effet, M. Levac mentionne le manque de ressources financières au ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) pour la mise en place du plan d’aménagement forestier durable. Il critique aussi la réduction de budget de 20 % du MRNF et l’inefficacité des programmes d’aide au milieu forestier. « Il est évident que le secteur forestier ne fait pas partie des priorités du gouvernement. Celui-ci a lâché la serviette ne réclamant même plus l’aide du gouvernement fédéral qui pourtant avait été extrêmement généreux envers l’industrie automobile, secteur un peu moins important que le domaine forestier en matière d’emplois et de retombées économiques », affirme Denis Trottier.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES