Actualités

Temps de lecture : 2 min 31 s

Québec aide Lamco à relever ses nouveaux défis

Le 26 juillet 2010 — Modifié à 00 h 00 min le 26 juillet 2010
Par

Québec aide Lamco à relever ses nouveaux défis

Avec l'annonce de l'octroi d'un prêt de plus d'un million de dollars consenti par Québec à l'entreprise Lamco de Saint-Félicien, l'adage «après la pluie, le beau temps» semble se confirmer. L'usine qui a dû composer avec une fermeture prolongée a maintenant les moyens de pouvoir assumer les frais du développement de son réseau de ventes et de ses opérations en Amérique du Nord.

L'annonce a été effectuée mercredi dernier, par le député Karl Blackburn, au nom du ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation. Le prêt provient du programme Soutien à l'industrie forestière, géré par Investissement Québec. Ce programme a pour but de soutenir la consolidation, l'investissement et la modernisation des entreprises du secteur forestier dont les entreprises en transformation du bois. L'annonce fait suite au dévoilement du nouveau plan de soutien au secteur forestier qui a eu lieu en octobre dernier.

Une somme supplémentaire d'environ 500 000$ est également injectée par les actionnaires de l'entreprise spécialisée dans le bois d'ingénierie afin d'atteindre les nouveaux objectifs à court terme de Lamco. Ceux-ci consistent à améliorer la mise en marché de la gamme de produits de bois d'ingénierie, destinés principalement au secteur de la construction aux États-Unis et au Canada. «En plus de maintenir les 15 emplois actuels, la réalisation de ce projet permettra de créer de 15 à 35 nouveaux emplois d'ici les deux prochaines années, selon les ventes de l'entreprise», soutient le directeur général de Produits forestiers Lamco, Guy Paquet.

Le potentiel d'emploi de l'usine est grand, a aussi fait savoir M.Paquet : «En opération sept jours sur sept et 24 heures par jour, l'entreprise aurait besoin d'environ 50% du volume de sciage de grade inférieur produit dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, après coupure de CAAF, et emploierait 90 personnes.»

Le directeur général a lancé un appel au gouvernement afin que des mesures visent à inciter l'industrie du sciage à transformer le bois de première transformation dans la région. «Ces mesures devraient être sous la forme d'une réduction de redevances forestières pour tout le bois dirigé vers la deuxième transformation», précise-t-il.

Une bonne partie du défi à relever est de réussir à accréditer les produits. Ces démarches sont qualifiées de longues, de rigoureuses et de coûteuses par le directeur général. «Nous avons obtenu le 1er octobre dernier notre évaluation en conformité avec les codes américains pour notre solive de rive, explique M.Paquet. Actuellement, nous sommes en démarche d'approbation du même produit pour le marché canadien. Nous déposerons dans les prochains jours notre demande d'approbation pour l'ensemble de nos produits sur le marché américain et nous prévoyons obtenir leur évaluation finale en décembre 2007. La demande générale pour le marché canadien est prévue pour 2008.»

Par ailleurs, il y a la commercialisation des produits qui s'avère tout aussi exigeante. «Nos produits sont classés hors quotas pour l'exportation aux Etats-Unis et le passage par Lamco des bois de grades inférieurs est une voie intéressante pour l'industrie de première transformation. Cela permet d’augmenter leur volume d'exportation de première qualité sous quotas et éviter tout autre taxe anti-dumping en limitant leurs ventes de bois de grade inférieur aux États-Unis, affirme M.Paquet. Dans le bois d'ingénierie, nos efforts se portent surtout sur la vente de la solive de rive pour laquelle nous avons obtenu notre rapport d'évaluation aux Etats-Unis. Nous avons cinq clients actifs pour ce produit.»

Le directeur a aussi annoncé qu'une entente de distribution a dernièrement été conclue avec la chaîne de magasins Rona, partout au Canada. «Des expéditions sont prévues au cours des prochaines semaines au Québec, en Ontario ainsi qu'en Alberta et en Colombie-Britannique», a souligné Guy Paquet. (Photo : Jean-François Bonneau)

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES