Actualités

Temps de lecture : 1 min 27 s

Litige judiciaire autour du site de transmission culturelle de Mashteuiatsh

Le 07 décembre 2012 — Modifié à 00 h 00 min le 07 décembre 2012
Par daniel migneault

Le site de transmission culturelle de Mashteuiatsh est au cœur d'un litige entre le Conseil des Montagnais du Lac-Saint-Jean (Pekuakamiulnuatsh Takuhikan) et Lyssia Bégin. Cette dernière se déclare comme étant instigatrice de l'idée et réclame ainsi 1 137 863 $ en compensations.

Lyssia Bégin poursuit également en justice Thérèse et Yvonne Bégin. Le conseil souhaitait faire bloquer la requête invoquant que le délai de prescription de trois ans était dépassé. Toutefois, le juge Gratien Duchesne a considéré que les allégations de la demanderesse étaient suffisamment sérieuses pour être entendues devant la Cour. Une audience aura lieu en 2013.

Contenu de la requête

Lyssia Bégin a amorcé un projet similaire en 2005 qu'elle a nommé Site ancestral des Pekuakamiulnuatsh sur quatre saisons ». Son projet se situait sur des terres appartenant à Thérèse Bégin situées au nord de Saint-Félicien.

Elle a obtenu l'autorisation du Conseil des Montagnais pour opérer un tel site, a reçu l'aval du ministère des Ressources naturelles et de la Faune et a conclu un accord avec Thérèse Bégin pour l'utilisation de son terrain. La promotrice dit avoir investi près de 456 000 $ pour aménager les lieux.

Cependant, un conflit familial a éclaté entre Thérèse Bégin et Lyssia le 19 octobre 2006, empêchant ainsi la réalisation du projet. C'est ainsi que les différents partenaires ont retirés leur appui.

Pendant ce temps, le Conseil des Montagnais du Lac-Saint-Jean a poursuivi des démarches de son côté, ce qui a mené le 3 décembre 2009, à l'annonce du projet de site de transmission culturelle ilnu de Mashteuiatsh sur les rives du lac Saint-Jean.

Lyssia Bégin soutient que le conseil a bloqué son plan d'affaires et a mené son propre projet de son côté, ce qu'elle considère comme une copie conforme de son idée de site ancestral.

Sa réclamation judiciaire vise ainsi à récupérer des sommes pour pertes d'investissements et perte de profits futurs ainsi que pour troubles et inconvénients causés par le conseil, Thérèse et Yvonne Bégin.

Me Stéphane Harvey, avocat de Lyssia Bégin, espère que le dossier pourra cheminer rapidement. Il espère que justice sera rendue envers sa cliente.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES