Actualités

Temps de lecture : 1 min 55 s

Prison à Roberval : plusieurs contraintes attendent les entrepreneurs

Le 17 septembre 2012 — Modifié à 00 h 00 min le 17 septembre 2012
Par daniel migneault

Prison à Roberval : plusieurs contraintes attendent les entrepreneurs

La séance d'information sur le lancement du premier appel d'offres pour la construction du centre de détention régional de Roberval a attiré une cinquantaine de participants. Les entrepreneurs avaient plusieurs questions à poser à la Société immobilière du Québec et ses représentants, mais aussi quelques appréhensions.

Les participants à la rencontre s'inquiètent de la formule forfaitaire d'attribution des contrats qui a été retenue. Les entrepreneurs doivent estimer eux-mêmes la valeur des matériaux nécessaires, les différentes fluctuations comme le prix de l'essence, etc. Sans ses données, ils se questionnent à savoir comment ils pourront présenter une proposition compétitive.

« Chaque entreprise doit avoir le flair nécessaire pour bien préparer son offre », lance Pierre Bergeron de la Société immobilière du Québec.

Pour faire face aux exigences que comportent les appels d'offres, plusieurs entrepreneurs ont réclamé une semaine de délai supplémentaire afin de bien peaufiner leur soumission et favoriser un maximum de retombées locales. La SIQ n'a pas fermé la porte à cette éventualité. Toutefois, il n'y a aucune obligation qu'il y ait un montant spécifique de retombées économiques dédiées à la région.

Le premier appel d'offres comporte des lots qui concernent le déneigement, l'isolation, les fondations et le dynamitage. Les entreprises ont jusqu'au 27 septembre pour déposer leur offre. D'ici décembre, l'ensemble des appels d'offres aura été lancé.

Le chargé de projet de la firme Pomerleau, qui a été retenue pour gérer le chantier, Charles Rodrigue, souligne que les délais de réalisation des différentes étapes sont très serrés. Il faut respecter un échéancier strict afin de livrer le bâtiment à la fin de l'année 2014.

Comme il s'agit d'un contrat gouvernemental, les soumissionnaires ont plusieurs contraintes à respecter. Parmi celles-ci, il y a la construction selon la certification LEED, ce qui fait en sorte que des mesures compensatoires doivent être prises afin de respecter l'environnement.

Retombées régionales

Cette rencontre était organisée par le CLD Domaine-du-Roy et le Comité de maximisation (CMAX) du Saguenay—Lac-Saint-Jean. Les deux organisations demeurent confiantes que la région aura sa part du gâteau malgré les exigences élevées incluses dans les appels d'offres.

« Je suis persuadé que la région saura tirer son épingle du jeu. Certains contrats seront plus accessibles pour nos entrepreneurs. Le CMAX a fait en sorte de morceler les contrats pour aider au développement économique régional », indique Jean-Lin Otis du CMAX.

« Le CLD souhaite que les entrepreneurs soient le mieux préparés possible. Il faut toutefois rappeler que c'est les compagnies de l'ensemble du Québec qui sont en compétition pour l'obtention des contrats », mentionne le directeur général du CLD Domaine-du-Roy, Jean Simard.

Rappelons que la construction du centre de détention régional est un projet de 115 M$. À terme, le nouveau bâtiment remplacera les prisons actuelles de Chicoutimi et Roberval qui sont désuètes.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES