Vendredi, 14 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 8 s

Les jeunes souverainistes veulent faire mentir le sondages

Le 04 juin 2014 — Modifié à 00 h 00 min le 04 juin 2014
Par

SOUVERAINETÉ - Le récent sondage sur le désenchantement des jeunes pour l’indépendance a fait réagir la famille souverainiste.

Pas moins de 21 jeunes souverainistes se sont réunis mardi pour dénoncer le sondage publié dans La Presse cette semaine, qui tendait à démontrer que les jeunes de 18-24 ans ne croyaient plus en l’indépendance du Québec et formaient désormais la génération du « Non ».

« De tout temps, les jeunes ont su faire mentir les sondages et l’ordre établi, a déclaré l’ancien député péquiste de Laval-des-Rapides Léo Bureau-Blouin. Nous avons quatre ans pour les faire mentir à nouveau. »

Plusieurs des jeunes souverainistes présents à la conférence de presse ont noté que plus de 40 % des sondés croient encore que l’indépendance est un beau projet. D’autres, comme Maxime Laporte, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, ont souligné le manque de représentativité de ce sondage non probabiliste « réalisé auprès de seulement 500 internautes ».

Dans le sondage CROP présenté cette semaine, les 500 jeunes sondés déclaraient qu’ils voteraient « Oui » à un référendum sur la souveraineté dans une proportion de 31 %, « un plancher », selon la firme de sondage. En outre, 65 % pensent qu’il s’agit d’un sujet dépassé.

Le quotidien montréalais a aussi fait analyser 125 sondages réalisés entre 1977 et 2014 par la sociologue Claire Durand. Sa conclusion: la souveraineté a été portée par deux générations – les bébé-boumeurs (nés entre 1945 et 1960) et les gens de la génération X (nés entre 1960 et 1975). Traditionnellement, les jeunes ont toujours été plus souverainistes que leurs parents, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, note-t-elle.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES