Actualités

Temps de lecture : 1 min 16 s

Serres Toundra : Plusieurs inquiétudes désamorcées

Le 02 février 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 02 février 2015
Par

Serres Toundra : Plusieurs inquiétudes désamorcées

INFORMATION. La séance d’information sur le règlement d’emprunt pour les structures d’accueil des Serres Toudra tenu pendant la séance du conseil municipal de Saint-Félicien a permis de désamorcer plusieurs inquiétudes chez les citoyens.

En tout, environ une centaine de citoyens se sont présentés à la séance ordinaire du conseil municipal afin d’obtenir des réponses.Les résidents du secteur de villégiature de Saint-Méthode sont notamment venus nombreux afin d’obtenir assurance que l’emprunt réalisé par la Ville pour les structures d’accueil des Serres Toundra ne viendra pas retarder leur desserte en eau potable.

Sur ce point, le maire Gilles Potvin s’est fait ferme : « Ça ne retardera en aucun temps l’eau potable, c’est même la meilleure garantie que vous puissiez avoir que ça va se faire », a-t-il promis.

Le règlement d’emprunt en tant que tel, qui décrète des dépenses de 7 millions de dollars et un emprunt de 6 millions, a été précisé. « Dans sa technique et dans sa légalité, il s’agit d’un règlement en tout point comme tout autre règlement d’emprunt », a précisé un procureur indépendant, Me Pierre Hébert.

Le passage faisant mention d’une taxe spéciale a par ailleurs été expliqué. « Il s’agit d’une formulation suggérée par le ministère des Affaires municipales. C’est toujours cette formulation qui est utilisée, mais ce n’est pas une taxe spéciale au sens où on l’entend habituellement. J’avoue que ça peut porter à confusion », a souligné Me Hébert.

Opposition

Jonathan Hamel, qui avait animé la soirée d’information citoyenne de jeudi dernier, s’est présenté afin d’obtenir des éclaircissements concernant la subvention offerte par le gouvernement dans cadre du PIQM. Il se questionnait quant à la transférabilité de ladite subvention.

« On a un protocole très strict. On aura des documents à fournir, mais c’est une formalité », a indiqué le maire Gilles Potvin —S.T.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES