Jeudi, 18 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 19 s

Arianne Phosphate signe une entente avec les Premières Nations

Le 12 juin 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 12 juin 2015
Par

DÉVELOPPEMENT .Arianne Phosphate a procédé à la signature d'une entente de coopération avec les Premières Nations de Pessamit, Mashteuiatsh et Essipit pour la phase d’exploration et de préconstruction de son projet de mine d’apatite au lac à Paul.

« La signature de l’entente de coopération ne signifie cependant pas que nos Premières Nations soient en accord avec tous les aspects du projet de mine d’apatite Lac à Paul. Elle met en place un processus par lequel Arianne Phosphate consultera les Premières Nations pendant la phase d’exploration et de préconstruction du projet, afin de tenir compte de leurs intérêts, préoccupations, droits ancestraux ou issus de traités. Il s’agit donc d’une ouverture visant l’approbation du projet par les Premières Nations », mentionne le porte-parole des trois Premières Nations concernées, le chef des Innus de Pessamit, René Simon.

« Nous sommes heureux de l’ouverture exprimée par les Premières Nations envers notre projet de mine d’apatite. Grâce à celle-ci, nous serons davantage en mesure de faire grandir notre projet socioéconomique en tenant compte de ces communautés innues », souligne Pierre Fitzgibbon, président du conseil d’administration d’Arianne Phosphate.

Par cette entente, les trois communautés participeront de manière équitable aux retombées économiques de la phase initiale. Ainsi selon leurs compétences et les besoins du projet, notamment en matière d’emploi et de contrats, les trois communautés pourraient participer à la réalisation du projet. Suite à la ratification de cette entente de coopération, les parties s’engagent dans des discussions en vue d’en arriver prochainement à l'énonciation d’une Entente sur les répercussions et les avantages.

Rappelons que le projet de mine à ciel ouvert sera situé à environ 200 km au nord de Saguenay et à 30 km du barrage Chute des Passes. Comme les impacts de ce projet touchent le Nitassinan, territoire ancestral des communautés innues de Pessamit, Essipit et Mashteuiatsh, la minière se devait de travailler de concert avec les Premières Nations.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES