Vendredi, 12 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 54 s

Un réseau de transport qui offre un potentiel de développement

Le 26 août 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 26 août 2016
Par

ÉCONOMIE. Le transport au Saguenay-Lac-Saint-Jean est l'un des enjeux incontournables selon les organisateurs du Forum Pacte social de l’aluminium qui aura lieu vendredi à l'UQAC.

C'est ce qui ressort du document intitulé: Les enjeux stratégiques du transport au Saguenay-Lac-Saint-Jean conçu par Louis-Philippe Morasse du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT) à l'UQAC.

D’entrée de jeu, l'ouvrage retient 4 enjeux stratégiques concernant le transport au Saguenay-Lac-Saint-Jean :

- La prolongation de l’autoroute 70 avec le choix du tracé de contournement de Saint-Bruno;

- L’utilisation des chemins multiusages et leur optimisation;

- L’interconnexion des tronçons de voies ferrées dans un contexte de multipropriété;

- L’optimisation des installations portuaires de Grande-Anse et la construction d’un nouveau terminal en rive nord du Saguenay.

Réseau

Le débat concernant la pertinence de l’autoroute 70 s’est maintenant tourné vers les options de contournement de la ville de Saint-Bruno.

« D’ici quelques mois, il ne restera, en effet, que la section Saint-Bruno / Alma à compléter sur le projet initialement prévu. Or, le plan quinquennal 2016-2021 de la Direction du Saguenay-Lac-Saint-Jean – Chibougamau du ministère des Transports ne prévoit pas la construction de ce dernier tronçon », signale-t-on dans l'étude de Louis-Philippe Morasse.

La région compte un vaste réseau de transport forestier qui compte plus de 102 000 kilomètres. Ces chemins offrent un grand potentiel récréotouristique.

Les réseaux de voies ferrés du Canadian National et de Roberval-Saguenay sont très utiles, notamment pour l’industrie de l’aluminium de même que l’industrie minérale.

Quant aux installations maritimes, la région compte sur le Terminal maritime de Grande-Anse de Port-Saguenay de même que sur les installations portuaires de Port-Alfred de Rio Tinto.

Forces et faiblesses

Toujours selon le document de Louis-Philippe Morasse, les forces du réseau de transports de la région sont les infrastructures diversifiées, la qualité des infrastructures, la capacité d'utilisation de l'intermodalité ainsi que le réseau ferroviaire connecté aux infrastructures maritimes et à l'ensemble de l'Amérique du Nord.

Du côté des faiblesses, on retrouve le potentiel des chemins multiusages inexploité, le manque d'organismes régionaux promouvant le développement du réseau de transport, l'utilisation restreinte du réseau ferroviaire, et la faible capacité du transport collectif.

Les menaces anticipées sont le vieillissement du réseau routier supérieur et secondaire, la baisse du cours des métaux dans les bourses mondiales, les pressions sur l'industrie forestière, la construction d'un pont entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac et la construction d'un port en eau profonde à Kujjuarapik (village nordique du Nunavik).

Enfin, les opportunités selon cette analyse stratégique sont les développements miniers dans la périphérie Nord, la possibilité forestière élevée pour les prochaines années, les investissements en marge de la Stratégie maritime du Québec, ainsi que les investissements en marge du Programme de remboursement des coûts de chemins multiressources.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES