Jeudi, 18 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 31 s

Des préoccupations sur la gestion du niveau du lac et les droits

Le 06 septembre 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 06 septembre 2016
Par jules simard

BAPE. Plus de 150 personnes, élus municipaux, propriétaires riverains, représentants de villégiateurs et d’organismes de défense environnementale, ont participé à la première séance d’information dans le cadre de futures audiences publiques du BAPE sur le projet de reconduire le programme de Rio Tinto Alcan pour la protection des berges du lac Saint-Jean.

À cette première séance d’information tenue à St-Félicien, les demandes de précisions aux représentants de Rio Tinto Alcan quant aux études d’impacts soumises ont surtout porté sur la gestion des niveaux du lac où on a demandé si l’entreprise se montrerait favorable à une gestion collective des niveaux. Pour les représentants de l’organisme Riverain du lac St-Jean il est important que tous les usagers du lac puissent avoir leur mot à dire quant à la gestion des niveaux et une approche de consultation plus démocratique devrait être envisagée pour le renouvellement du programme.

Pour les représentants de Mashteuiatsh, la question des droits sur la ressource collective et les revendications des Ilnus quant au lac, font partie des préoccupations qui doivent être analysées dans le cadre de futures audiences publiques. Les représentants de la communauté autochtone se disent par ailleurs intéressés au comment Rio Tinto entend concilier la gestion privée d’une ressource collective et si elle entend mettre sur la place publique les négociations avec la communauté quant aux droits de gestion.

Du côté de Rio Tinto en présentant le projet et son étude d’impact le porte-parole de la compagnie, Jean Pedneault, a indiqué que l’entreprise laisse le soin au BAPE de présenter le scénario de gestion du niveau du lac parmi trois propositions. Rio Tinto avance un scénario qui consiste à maintenir le statu quo sur les niveaux reconnus depuis 1990, soit 16,5 pieds sauf en période estivale où le niveau maximal est entre 14 et 16 pieds. Le deuxième scénario proposé est celui de limiter le niveau à 15,5 pieds d’octobre à décembre et à 13 pieds en septembre. Enfin, le dernier scénario favorisé par Rio Tinto est celui d’obtenir un niveau de 17,5 pieds au printemps entre 14 et 16 pieds pendant l’été et de 15,5 pieds à l’automne.

Les séances d’information se poursuivent ce soir (mercredi), à Alma.

J.S.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES