Actualités

Temps de lecture : 1 min 45 s

Pandémie: les aînés touchés par l’usure du temps

Yohann Harvey Simard
Le 30 mai 2021 — Modifié à 10 h 53 min le 30 mai 2021
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Pandémie: les aînés touchés par l’usure du temps

Alors que le déconfinement pointe à l’horizon et que la campagne de vaccination va bon train, l’heure est au bilan pour la Fédération de l'Âge d'Or du Québec (FADOQ). Selon son directeur régional, même si les aînés ont fait preuve de résilience, la peur de mourir sans pouvoir revoir leurs proches a grandement affecté une partie d’entre eux.

« Chacun d’entre nous a perdu une année de notre vie en raison de la pandémie. Imaginez une personne de 90 ans, qui se dit que c’était peut-être son dernier Noël, donc sa dernière chance de revoir ses proches. Certains ont pris le risque de se rassembler et je peux comprendre qu’ils aient réagi ainsi », explique Patrice St-Pierre, directeur de la FADOQ Saguenay–Lac-Saint-Jean-Ungava.

Les aînés ont été coupés du peu d’activités qu’ils leur restaient, que ce soit du simple repas en compagnie des autres usagers d’une résidence, ou encore d’activités sociales.

« On a fermé les salles à manger, on a allongé les heures pour faire manger moins de gens en même temps. Pour plusieurs, c’était leur seule activité de la journée. Manger seul dans son coin, ce n’est pas la même chose. C’est stimulant manger avec d’autres personnes », ajoute-t-il.

Activités

En début de pandémie, une importante tournée d’appels a été effectuée par la FADOQ pour l’ensemble des 30 000 membres dans la région afin de maintenir un contact régulier. Au cours des derniers mois, chacun d’entre eux a été contacté à nouveau afin de les encourager à être vaccinés. Des activités et conférences virtuelles ont aussi été mises en place.

Patrice St-Pierre a été agréablement surpris de l’aisance des aînés portés envers la technologie.

« L’isolement, c’est contre nature. On existe justement pour le briser. On a donc organisé des activités virtuelles et des conférences, dont une a attiré 150 personnes. On a créé des rallyes pédestres à Jonquière et Roberval », énumère-t-il.

Moral

De son côté, Nicole Bolduc-Dubois, présidente de la Table de concertation des aînés du Saguenay-Lac-Saint-Jean, constate que le moral est particulièrement bon, depuis l’arrivée du printemps et de la campagne de vaccination.

« L’isolement a été difficile pour la plupart des aînés. On est reconnus pour vouloir embrasser nos petits-enfants! On compte beaucoup sur la deuxième dose pour s’en sortir. Malgré tout, je trouve que les aînés sont très résilients. Ils ont une attitude collective et ne pensent pas seulement à eux », explique-t-elle.

Au moment d’écrire ces lignes, 88 % des personnes âgées de 60 ans et plus avaient reçu au moins une dose de vaccin. 5 % d’entre eux avaient reçu une deuxième dose.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES