Mardi, 20 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 35 s

Un modèle exemplaire de cogestion entre la Sépaq et Mashteuiatsh

Yohann Harvey Simard
Le 25 juin 2021 — Modifié à 12 h 01 min le 25 juin 2021
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Un modèle exemplaire de cogestion entre la Sépaq et Mashteuiatsh

Mashteuiatsh  - La gestion commune de la réserve faunique Ashuapmushuan par la communauté de Mashteuiatsh et la Sépaq est un modèle de réussite qui doit se répéter ailleurs au Québec.

C’est l’avis partagé par plusieurs intervenants politiques. Ils ont profité de l’annonce d’un investissement de 2,6 M$ au lac Nicabau dans la réserve faunique pour souligner que ce projet n’aurait pas vu le jour sans le climat de bonne entente qui règne avec cette cogestion instaurée en 2010.

« On a pris le temps de s’apprivoiser au fur et à mesure des années. Nous avons vu qu’il était possible de se parler et de mettre en valeur ce territoire tout en respectant nos traditions », a mentionné le directeur du site, l’innu, Aurélien Launière.

Il faut souligner que plusieurs familles de Mashteuiatsh disposent de territoire de chasse dans la réserve de 4 487 m² et que la cohabitation entre amateurs de plein air du Québec et les Innus est essentielle.

Cohabitation harmonieuse

C’est pour cette raison que des ententes sont intervenues pour permettre l’aménagement aux abords du lac Nicabau de quatre chalets pouvant accueillir quatre ou six personnes, d’un chalet de gardien, d’un abri d’éviscération, d’un garage et de deux quais. Le secteur est alimenté en électricité par des panneaux solaires.

« Il faut le rappeler que nous sommes toujours présents sur ce territoire du Nitassinan. C’est un bel exemple de partenariat qui démontre qu’une telle cohabitation est bonne pour développement économique de la région et de notre communauté. Nous sommes ouverts à ce que la Réserve faunique se développe davantage, tout en respectant nos traditions et la nature », a souligné le vice-chef de Mashteuiatsh, Charles-Édouard Verreault.

Des emplois

Le site donne de l’emploi à plus d’une quinzaine de personnes vivant à Mashteuiatsh. Aussi, l’expertise de guides innus est souvent sollicitée par les chasseurs et pêcheurs.

D’ailleurs, ils seront disponibles au lac Nicabau afin de cibler les bons « spots » de pêche sur cet immense lac de 10 km de long rempli de dorés et brochets.

Des œuvres de l’artiste Télesh Bégin sont notamment exposées dans chaque chalet.

« C’est un bel exemple de développement harmonieux qui ouvre des opportunités immenses. C’est reconnu que deux tiers des Européens qui viennent au Québec veulent rencontrer les communautés autochtones. La réserve faunique est l’endroit idéal pour le faire », a mentionné, le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES