Actualités

Temps de lecture : 1 min 35 s

Le monde du camionnage a bien changé

Yohann Harvey Simard
Le 12 novembre 2021 — Modifié à 21 h 27 min le 12 novembre 2021
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le monde du camionnage a bien changé

Du haut de ses 87 ans, le fondateur de Transport NAC, Normand Dallaire raconte que le monde du camionnage a beaucoup changé. Il a toujours la passion et passe faire son tour régulièrement.

« Alain, Camil et Gilles en savent quelque chose. Ils n’ont presque jamais de congé le dimanche. C’est l’amour de leur métier qui les pousse à continuer. Moi je viens les visiter pour sentir et les embarrasser », commente en ricanant Normand Dallaire.

Il a beau rire, mais il se souvient également que lorsqu’il était propriétaire, à plusieurs occasions, il aurait pu cesser l’exploitation de l’entreprise familiale.

« Ce ne fut pas toujours facile. On a eu de la misère. J’ai conduit des camions le jour comme la nuit. »

À force de ténacité, il a passé à travers l’adversité. « Nous, on a eu la chance de travailler pour ce qui est devenu Produits forestiers Résolu. Le samedi lorsqu’ils avaient besoin d’un camion, nous répondions « présents » sans hésitation. »

Ce n’était pas le temps de s’amuser tous les week-ends. « Nous n’avions pas de campeurs pour faire du tourisme. Pendant que les autres compagnies de transport étaient fermées, nous étions ouverts. Il était facile de nous trouver en tout temps. Le service aux clients fait partie des valeurs de Transport NAC », explique le fondateur.

Importance de la famille

Pour Gilles Dallaire, de pouvoir encore compter sur la famille représente un avantage pour le succès de l’entreprise.

« Mon grand-père et mon père Alain Dallaire de même que mon oncle Camil Dallaire continuent d’être présents pour l’entreprise. Tant que la santé est au rendez-vous, ils ont leur place ».

Satisfait de ce qu’il a accompli avec son frère et ex-associé Camil Dallaire, Alain Dallaire entrevoit l’avenir avec optimisme dans un domaine où la concurrence est omniprésente.

« Nos conjointes ont toujours travaillé avec nous. Elles avaient une fonction dans l’entreprise. Mon beau-frère a lavé des camions pendant quatre années. »

Transport NAC c’est une histoire de famille soudée qui n’avait pas peur de se salir les mains, même le dimanche. « Nous n’avions pas de chalet. La piscine se trouvait sur le terrain près des bâtisses et les enfants s’y amusaient. Pendant ce temps, nous on travaillait à préparer les camions pour que tout soit prêt pour le lundi matin », conclut Alain Dallaire.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES