Actualités

Temps de lecture : 2 min 8 s

Un parc de 100 éoliennes pourrait voir le jour dans le secteur de la Branche-Ouest

Jean Tremblay
Le 05 juillet 2023 — Modifié à 13 h 21 min le 05 juillet 2023
Par Jean Tremblay - Journaliste

Un parc de 100 éoliennes pourrait voir le jour dans le secteur de la Branche-Ouest

La Société de l’énergie communautaire du Lac-Saint-Jean veut aller de l’avant avec un projet de parc de 100 éoliennes dans le secteur de la Branche-Ouest, à La Doré. Un projet d’envergure qui pourrait se concrétiser d’ici 2029.

Quinze ans après sa création et après avoir réalisé la construction des minicentrales hydroélectriques de Val-Jalbert et de la Onzième Chute, la Société veut concrétiser un projet qui générerait jusqu’à 600 mégawatts.

La capacité des éoliennes du projet de la Société est supérieure à celles qui sont en opération à Saint-Bruno.

« Les nôtres seront plus grosses. Elles vont produire 6 mégawatts au lieu de 4 pour celles de Saint-Bruno, ce qui permet d’atteindre une capacité de production de 600 mégawatts pour notre projet », explique Alain Nepton, président du conseil d’administration de Société de l’énergie communautaire du Lac-Saint-Jean.

« Avec l’électrification des transports, Hydro-Québec à un urgent besoin d’électricité. Il y aura des appels d’offres chaque année au cours des 10 prochaines années. Depuis un certain temps, nous avions identifié des projets que l’on pourrait inscrire à ces appels d’offres. »

« De plus, l’été dernier (2022), un important promoteur privé est venu nous rencontrer. Le potentiel est énorme. »

La Société a choisi pour ce projet ce secteur parce que le poste Chamouchouane, situé à 20 kilomètres sur le chemin de la Branche-Ouest, a été ciblé comme poste d’accueil par Hydro-Québec. Il a la capacité d’accueillir 600 mégawatts.

Partenaires privés

« L’ampleur du projet de la Société de l’énergie communautaire du Lac-Saint-Jean est telle qu’il est impensable de le réaliser sans ajouter des partenaires privés », ajoute le président.

Il cite, à titre d’exemple, la rareté des fabricants de turbines pour les éoliennes.

« Il y en a sept ou huit dans le monde. Leur carnet de commandes est plein. Il serait donc difficile pour eux de garantir la livraison de turbines à un nouveau client. On doit se trouver un partenaire privé qui a de l’expérience et qui est connu. »

Alain Nepton avoue que dès que Québec a annoncé son désir d’aller de l’avant avec le développement accéléré de cette forme d’énergie, plusieurs autres promoteurs privés ont cogné à la porte de la Société.

Consultation citoyenne

Le projet, qui demeure embryonnaire à ce stade-ci, devra toutefois franchir plusieurs étapes avant que l’on puisse voir les pales des éoliennes tourner au gré des vents.

La première étape qui débutera cet automne vise à entreprendre une vaste consultation citoyenne.

« Pour la Société, c’est une priorité. Pour la réalisation des deux minicentrales, nous avons toujours travaillé de cette façon. Nous allons faire de même pour le projet des éoliennes. Nous devons consulter tout le monde dont les propriétaires de chalets de ce secteur. »

« On va mettre en place des comités de suivi et créer des groupes consultatifs dans le but de présenter l’an prochain un bon projet. En travaillant avec les gens, on pourra plus facilement obtenir l’accessibilité sociale. C’est notre marque de commerce », conclut le président.

Rappelons que la Société de l’énergie communautaire du Lac-Saint-Jean est formée des partenaires que sont les MRC du Domaine-du-Roy et de Maria-Chapdelaine ainsi que de la communauté de Mashteuiatsh.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES