Faits divers

Temps de lecture : 1 min 55 s

Trois nouveaux chefs d’accusation pour chaque émeutier

Le 27 juillet 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 27 juillet 2016
Par

JUSTICE. Les huit détenus présumés accusés de l’émeute à la prison de Roberval ont défilé devant le juge Jean Hudon, hier matin au Palais de justice de Roberval.

Evans Girard, Joshua Iserholf, Marc-André Lemieux, David Munger, Guillaume Lajoie, Gino Laforest-Allard, Patrick Turcotte et Roger Schepacio font face à de nouveaux chefs d’accusation à la suite des événements du 2 juillet survenu à la prison de Roberval.

Deux chefs pour méfaits, ainsi qu’un chef pour avoir participé à une émeute s’ajoute aux six chefs d’accusation déjà existants, soit menace, intimidation et entrave contre des agents correctionnels.

Six des huit accusés sont représentés par Me Denis Otis. Ils reviendront tous devant le juge mercredi prochain, soit le 3 août.

Une autre sentence pour Ogonowski

Par ailleurs, Patrick Ogonowski a reçu sa sentence pour des chefs d’accusation en matière de trafic, possession dans le but dans faire le trafic, mais également pour des bris d’engagement. Patrick Ogonowski est en prison depuis son arrestation le 8 octobre 2015.

Son avocat, Me Denis Otis ainsi que la procureure du Bureau des poursuites criminelles et pénales, Me Marie-Christine Savard ont proposé au juge Hudon, une proposition commune, soit 38 mois de détention, auxquels seront soustraits les 294 jours purgés, soit 441 jours à temps et demi. Ainsi, Patrick Ogonowski demeura 23 mois et 9 jours en prison afin de compléter sa peine.

Lors de son arrestation en octobre 2015, Patrick Ogonowski venait de compléter une peine de 18 mois (28 mois moins 10 mois) qu’il avait reçue en février 2014, pour des chefs d’accusation similaires.

Me Savard a mentionné que la peine était jugée raisonnable par les deux partis.

« M. Ogonowski fait preuve d’une nonchalance et je crois qu’elle doit être freinée. On dirait que le trafic est pour lui une solution en attendant d’être arrêté. Nous avons été raisonnables en fonction des peines précédentes », souligne la procureure.

Le juge Jean Hudon espère que cette peine aura un effet dissuasif autant auprès de M. Ogonowski que des autres qui voudraient se risquer sur la voie du trafic de drogue.

« C’est un véritable fléau le trafic. De votre côté, le trafic s’étendait à plusieurs types de drogue. J’espère que la motivation sera présente et que vous vous reprendrez en main », souligne le juge Hudon.

En février 2014, le juge Hudon avait sentencié l’homme qui est âgé 42 ans. À ce moment, le juge lui avait dit : « M. Ogonowski, vous aurez bientôt 40 ans, et êtes le père de deux enfants. J'espère que ce séjour en prison vous donnera à réfléchir sur ce que vous voulez devenir par la suite. »

Patrick Ogonowski a laissé entendre qu’il souhaitait faire une thérapie afin d’améliorer sa vie et en finir avec sa dépendance.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES