La relève préoccupe le monde agricole

Photo de Jean Tremblay
Par Jean Tremblay
La relève préoccupe le monde agricole
C'est sous le thème "Cultivons la relève" que s'est tenu mercredi le Congrès régional de la Fédération de l'UPA Saguenay-Lac-Saint-Jean. (Photo courtoisie)

Le congrès régional de la Fédération de l’UPA qui s’est tenu mercredi fut l’occasion pour les 200 personnes présentes dont 82 délégués, de discuter des préoccupations concernant la pérennité des entreprises agricoles du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Près d’une cinquantaine de jeunes étudiants en agriculture du Collège d’Alma et du Centre de formation professionnelle d’Alma ont également assisté au congrès dont les assises se sont déroulées à l’Hôtel du Jardin de Saint-Félicien.

L’âge moyen des producteurs de la région de 54 ans laisse présager, pour les prochaines années, une augmentation des transferts d’entreprises dans ce marché.

Établir des conditions gagnantes

Pour Mario Théberge qui fut réélu pour un troisième mandat de deux ans, il est impératif et urgent d’établir des conditions gagnantes pour favoriser la relève.

« Notre région n’est pas différente des autres. On fait tous partie du même terrain de jeu. La main-d’œuvre est de plus en plus rare. Les travailleurs étrangers sauvent beaucoup d’entreprises. Toutefois il n’est pas normal de se fier uniquement sur eux pour assurer la survie de nos entreprises », a-t-il affirmé.

Pandémie et relève agricole

Par contre on affirme que la pandémie a suscité un intérêt marqué pour la relève agricole.

« Le fait que les gens ont parlé davantage d’autonomie alimentaire durant la pandémie a suscité un plus grand intérêt des jeunes qui ont ressenti un « appel » pour le monde agricole. Par contre, on se doit de bien les accompagner. Il faut que ça se termine par un succès », explique Paul Doyon, premier vice-président général de la Confédération de l’UPA, présent au congrès régional de l’organisme.

« Il faut en arriver à ce que la relève vive de leur profession. Si la société leur demande de travailler en agriculture les soirs et les week-ends ou encore de travailler ailleurs pour boucler leur budget ça ne pourra perdurer. Malheureusement, on voit de la relève qui se doit de travailler ailleurs pour réussir à faire vivre leur famille. Les gens s’essoufflent et finissent par lâcher », ajoute-t-il.

La Fédération régionale de l’UPA du Saguenay–Lac-Saint-Jean représente près de 1 200 entreprises agricoles à très grande majorité familiales, qui génèrent des revenus à la ferme de plus de 351 M$.

Partager cet article