Roberval consultera sa population sur ses orientations 2022-2026

Photo de Jean Tremblay
Par Jean Tremblay
Roberval consultera sa population sur ses orientations 2022-2026
Serge Bergeron passe de la parole aux actes. En campagne électorale, il avait promis qu’il donnerait la parole aux citoyens pour guider les élus dans leurs orientations stratégiques. Ils seront conviés à une soirée citoyenne qui se tiendra le lundi 19 septembre prochain. (Photo archives)

La population aura son mot à dire sur les orientations que les élus de Roberval désirent proposer pour les prochaines années. Les citoyens auront la possibilité de s’exprimer sur les enjeux municipaux à l’occasion d’une soirée consultative qui se tiendra le lundi 19 septembre prochain.

Au préalable, les conseillers, le maire et les hauts fonctionnaires de la municipalité auront fait leurs devoirs.

« Mercredi (31 août), nous serons ensemble pour une journée de réflexion et de révision des dossiers en cours », explique le maire Serge Bergeron.

Par la suite, les citoyens seront conviés à une soirée citoyenne le lundi 19 septembre.

Trois axes d’intervention avec deux ateliers différents pour chaque axe, d’une durée d’une heure quinze minutes chacun, seront à l’ordre du jour. Les citoyens participants pourront s’inscrire à l’un des deux ateliers en fonction de leur intérêt à s’exprimer. Une personne animera chaque table de discussion.

« Nous proposerons deux ateliers pour chacun de nos trois grands axes de développement, soit la qualité, le milieu et le niveau de vie. Nous désirons que les gens viennent nous donner des idées ou des souhaits d’action qui vont nous permettre d’atteindre ces objectifs, » conclut le maire.

Exemple de questionnements

La Place de la mairie sera à l’ordre du jour. L’explosion des coûts a fait sourciller les élus, il y a quelques jours, lors de la réception de la soumission pour réaliser des travaux qui devaient coûter 1 M$.

« Ce n’est là qu’un exemple parmi d’autres. Les travaux devaient débuter immédiatement après la Traversée. Cependant, avec une soumission de 500 000 $ de plus, on doit se questionner. Qu’est-ce qu’on fait? Est-ce qu’on les repousse au printemps en modifiant le concept? C’est le genre de réflexion sur lequel nous allons discuter. »

Sans mettre de côté ce projet, le premier magistrat explique qu’il y a des besoins essentiels qui priment sur ce type de dossier. Des services auxquels une municipalité ne peut se soustraire.

« Il faut se rappeler, lors d’un exercice comme celui-là, que nous sommes là, au départ, pour répondre aux besoins de base des citoyens comme l’eau, les égouts, la cueillette des déchets, l’entretien des rues et autres », affirme le maire.

L’exercice permettra également de faire le point sur l’exercice budgétaire en cours.

« En juin, nous avons réévalué l’état de nos finances. Ça nous a permis de récupérer des sommes pour éviter de nous placer en situation de déficit. À la fin août, il va nous rester quatre mois de budget pour l’année en cours. »

Partager cet article