Sainte-Hedwidge veut mieux se faire connaître

Sainte-Hedwidge veut mieux se faire connaître

Sainte-Hedwidge veut accroître son potentiel touristique en développant tout le secteur situé sur le bord de la rivière Ouiatchouaniche, près du chalet des loisirs.

«On a un beau village, mais on dirait que les gens ne le savent pas. On veut se mettre sur la mappe et faire connaître nos attraits», déclare le maire, Gilles Toulouse.

Pour ce faire, un mandat a été donné à une firme pour réaliser un plan de développement qui va proposer des actions à mettre en place.

«Le mandat est clair, on veut du concret qui est réaliste à réaliser. Des études, j’en ai plein sur mon bureau qui sont pleines de poussière», illustre-t-il.

Le secteur est bucolique et doit être mis en valeur selon le maire. L’idée d’un camping rustique, de l’aménagement de piste de ski de fond et de raquettes sont parmi les idées à développer.

Le chalet des loisirs sert depuis deux ans de relais de motoneige.

«L’achalandage est bon, mais il y a moyen d’ajouter des activités.»

Le sentier de l’artiste Léon Bouchard devrait aussi être mis en valeur et mieux publicisé.

«Il faut montrer ce qu’on a à offrir et un peu enlever l’idée que nous sommes un village-dortoir de Roberval. Nous sommes en plein cœur d’une villégiature riche, mais personne ne le sait.»

Construction

D’ailleurs, le développement résidentiel ne se fait qu’en zone forestière le long de la rivière Ouiatchouaniche.

«Nous avons des promoteurs qui développent des terrains en forêt. On a une rue prête pour la construction, mais ce n’est pas ça qui attire les gens. On travaille donc à faciliter ce type de développement, qui est bon pour notre économie.»

Parc industriel

Sainte-Hedwidge va aménager un parc industriel sur son territoire cette année. Des terrains ont été acquis derrière le garage Damsco, à l’entrée de la localité.

«Il n’y a pas d’entreprise qui a démontré de l’intérêt, mais il vaut mieux être prêt et avoir de quoi à proposer plutôt que d’attendre. Nous voulons être proactifs. Nous sommes bien situés pour accueillir des entreprises forestières. On va y aller par étape.»

Une somme de 400 000 $ sera nécessaire pour développer le parc industriel. Pour 2019, on prévoit l’installation de conduites d’eau et d’égouts.

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des