Un livre sur l’histoire du hockey dans la région

Janick Émond
Un livre sur l’histoire du hockey dans la région

Après avoir écrit sur l’histoire de Saint-Gédéon ainsi que sur l’histoire du club de golf de cette municipalité, l’auteur Michel Simard se penche maintenant sur le hockey au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Au départ, j’avais prévu écrire un livre seulement sur l’histoire du hockey junior, à partir de 1953, mais au fil de mes recherches, je me retrouvais toujours à revenir plus loin dans le passé. Je me suis retrouvé au tout début de l’histoire du hockey dans la région et j’ai pris la décision de tout retracer », raconte-t-il.

Il dressera donc l’histoire des débuts du hockey dans la région en 1895 jusqu’à aujourd’hui, dans un volume d’environ 350 pages.

« J’avais beaucoup de matériel et j’ai pensé faire deux tomes, mais ça devenait plus complexe au niveau de l’impression. Ça sera donc un livre, avec un cahier en annexe avec des statistiques de hockey junior. »

Histoires

Pour ses recherches, l’auteur passe par les documents d’archives nationales, mais il va également à la rencontre de personnes avec des liens familiaux avec les pionniers de ce sport dans la région.

« J’ai des contacts avec beaucoup de gens, qui m’aident énormément dans la recherche, comme Paul Ménard dans le coin de Dolbeau. De plus, j’apprends de belles histoires. Par exemple, je pense à Michel Voyer, qui est un ancien gardien de but des Marquis de Jonquière. Il a joué pour les Castors de Sherbrooke, pour les Saguenéens de Chicoutimi et plus tard, il a démarré une école de hockey en Californie quand les Kings de Los Angeles sont arrivés dans la LNH. »

Et ça, ce n’est qu’une histoire parmi tant d’autres, alors que celles des joueurs originaires de la région qui ont évolué dans la LNH seront également retracées, de même que celles de personnes inconnues du grand public.

Les belles années

L’une des équipes de Roberval. (Photo Société d’histoire Domaine-du-Roy)

L’histoire de la ligue de hockey senior JKLS (Jonquière, Kénogami, Lac-Saint-Jean, Saguenay) sera racontée.

« C’est d’ailleurs dans cette période d’après-guerre que s’est construite la majorité des arénas dans la région. Fait surprenant, il n’y avait que Chicoutimi, avant ça, qui avait un aréna, et ce, depuis 1897 ! »

L’évolution du hockey junior entre 1953 et 1986 sera longuement traitée. On retrouvera des histoires de joueurs, mais également l’histoire des Aiglons d’Alma, des Citadins d’Arvida, des Marquis de Jonquière, des Saguenéens de Chicoutimi, des Castors de Dolbeau, des SS de Métabetchouan, des Ouananiches et des Sabres de Roberval et du National de Port-Alfred.

« Contrairement aux ligues antérieures, ceux qui ont joué dans ces années sont pour la plupart encore en vie, donc j’ai beaucoup plus de matériel. »

D’ailleurs, Michel Simard est à la recherche de photos d’archives, ainsi que d’histoires à raconter., il est possible de le contacter à michel.simard99@gmail.com.

Un travail de recherche devenu une passion

C’est une véritable mission que s’est donnée l’auteur Michel Simard en voulant  écrire l’histoire du sport dans la région.

« Lorsque j’ai écrit mon premier livre sur Saint-Gédéon, je me suis fait dire qu’il n’y avait pas beaucoup d’archives sur les sports. J’ai donc dit que j’allais l’écrire, moi, l’histoire du sport », lance-t-il.

Ce boulot est rapidement devenu une passion. Après avoir déjeuné le matin, l’une des premières choses qu’il fait est d’aller s’asseoir devant son ordinateur pour travailler sur ses recherches. Par semaine, il  passe facilement entre 50h et 70h le nez dans les archives.

« Je suis à temps plein là-dedans, même que je fais du temps supplémentaire ! Je ne cherche pas à faire de l’argent. Je veux seulement retracer l’histoire sportive. Avec l’impression et tout, en vendant les livres par la suite je réussis à peine à rembourser mes frais. »

Sa récompense; les bons commentaires qu’il reçoit par la suite.

« J’ai eu beaucoup de gens qui m’ont remercié après la publication de mes deux livres, à la suite du décès d’un de leur proche. Ils me remerciaient d’avoir laissé une trace de leur histoire dans un livre d’archives. Ces livres-là demeureront toujours.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des