Actualités

Temps de lecture : 53s

Une biologiste et un policier au procès Magnotta

Le 15 octobre 2014 — Modifié à 00 h 00 min le 15 octobre 2014
Par

Une biologiste et un policier au procès Magnotta

TÉMOIGNAGES. La biologiste Jacinthe Prévost et le premier policier à être arrivé dans l'appartement de l'accusé, Peter D’Avola, sont passés à la barre des témoins, mardi au procès de Luka Rocco Magnotta.

La biologiste légiste Jacinthe Prévost a examiné la scène de crime et visionné la vidéo présumée du meurtre avant de procéder à une rigoureuse analyse de l’appartement de Magnotta.

Elle a posé son œil expert sur 94 pièces à conviction et a notamment trouvé sur les lieux du crime l’ADN de l'accusé et de la victime.

Le matin, l’agent Peter D’Avola a raconté son arrivée dans l'appartement de Magnotta. Il avait été d’abord frappé par une forte odeur de produit chimique mêlée à l’odeur d’un cadavre, une première pour lui.

Le policier a expliqué que personne ne se trouvait à l'intérieur, mais qu'il avait repéré des traces rouges ressemblant à du sang.

Rappelons que Magnotta, 32 ans, a plaidé non coupable pour cause d'aliénation mentale aux accusations de meurtre prémédité, outrage à un cadavre, production et distribution de matériel obscène, utilisation de la poste pour envoyer du matériel obscène, et harcèlement criminel contre le premier ministre Stephen Harper et d’autres députés fédéraux.

La Couronne tente de démontrer qu’il s’agit plutôt d’un crime planifié.

TC Media

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES