Lundi, 22 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 29 s

Produits forestiers Résolu observe une nouvelle tendance

Denis Hudon
Le 12 mars 2022 — Modifié à 12 h 10 min le 12 mars 2022
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

À peu près tous les biens de consommation subissent depuis la pandémie une augmentation des coûts. Le papier couché ou papier d’impression est du nombre.

Pour Louis Bouchard, directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales chez Produits forestiers Résolu, il y a actuellement un resserrement de la demande pour ces types de papier.

« On observe depuis quelque temps une augmentation pour les biens de commodité. Pour le papier couché, on voit nettement une hausse de la demande », dit-il.

Ce qui en soi est une bonne nouvelle pour les papetières de PFR à Alma, Dolbeau et Kénogami qui produisent du papier pour usages spéciaux comme le papier d’impression. Ces usines ont déjà produit du papier journal avant de se convertir au papier à usages spéciaux. PFR a des usines de papier journal notamment à Gatineau, à Clermont ainsi qu’à Thunder Bay, en Ontario.

« Pour le papier tout usage, la demande est en croissance. D’ailleurs, nos usines dans la région performent très bien ».

Louis Bouchard constate qu’avec le retour progressif du travail au bureau, la demande en papier d’impression reprend de sa vigueur. La pandémie a ses impacts et elle influence aussi le cours des prix pour le papier d’impression.

Regain de popularité

« On a fait un sondage un peu avant Noël et on note un regain de popularité pour les manuels scolaires et les livres en général à base de papier. Le papier journal, c’est un autre monde ».

La demande pour le papier journal est toujours en chute libre et des usines ont dû fermer ces dernières années alors que d’autres ont ralenti leur production.

« Heureusement, ça va bien pour le bois d’œuvre et le papier couché est en demande. Comme entreprise de transformation et avec une diversité de produits, PFR est bien placé dans le marché ».

Le papier imprimé reprend de son lustre et pour Louis Bouchard, c’est positif. La réouverture des écoles, des cégeps et des universités ainsi que la reprise de l’économie, avec l’assouplissement progressif des contraintes sanitaires, aident aussi à la relance du papier d’impression.

« On surveille le marché et les tendances pour les papiers d’impression. Il faudra voir aussi comment le marché se comportera lorsqu’on sera vraiment en post-pandémie », conclut Louis Bouchard.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES