Samedi, 20 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 12 s

Éric Duhaime de passage à Alma

Yohann Harvey Simard
Le 31 août 2022 — Modifié à 19 h 50 min le 31 août 2022
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Éric Duhaime était de passage à Alma ce soir accompagné de ses cinq candidats pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le chef du Parti Conservateur du Québec en a notamment profité pour revenir sur la question de GNL Québec.

Lors d'une allocution prononcée devant quelque 80 partisans, le chef de parti a affirmé que deux personnes sur trois au Saguenay-Lac-Saint-Jean étaient favorables au projet de GNL. Un chiffre provenant d'un sondage mené par SOM/957KYK peu après le lancement du projet, dit-il.

De son côté, le candidat Conservateur pour la circonscription de Chicoutimi, Éric Girard, a réitéré l'information divulguée plus tôt aujourd'hui selon laquelle le gouvernement Legault n'avait pas véritablement abandonné l'idée d'accorder son autorisation à GNL Québec pour l'implantation d'une usine de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay.

Rapportant des propos qu'aurait soi-disant tenus le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon, le candidat Conservateur soutient que "Fitzgibbon est sorti hier et il nous a dit que oui, GNL, ça allait fonctionner." Une information qui a aussitôt été démentie publiquement par le Premier ministre du Québec, François Legault.

Quoi qu'il en soit, Éric Duhaime qualifie "d'extraordinaire" le projet de 14 milliards de dollars proposé par GNL Québec.

"Nous, on croit au développement de nos ressources naturelles. Depuis un an, le gouvernement Legault a fait l'erreur monumental de reculer sur cet enjeu-là. Il a manqué de vision", estime-t-il.

Selon le Conservateur, la production de gaz naturel serait un atout considérable pour la région alors que la guerre en Ukraine a eu pour effet de considérablement réduire l'approvisionnement de gaz russes vers l'Europe de l'Ouest.

"Il commence notamment à y avoir un manque de gaz du côté de l'Allemagne. Ils se demandent comment ils vont faire pour passer l'hiver, pour chauffer leurs maisons."

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES