Sports

Temps de lecture : 2 min 0 s

Gabrielle Trottier et Jérémie Bonneau célèbrent leur victoire

Le 26 juillet 2010 — Modifié à 00 h 00 min le 26 juillet 2010
Par

Gabrielle Trottier et Jérémie Bonneau célèbrent leur victoire

Les nageurs robervalois Gabrielle Trottier et Jérémie Bonneau, membres du Club de natation Gami, avaient de sérieuses raisons de célébrer en compagnie de leurs proches, samedi dernier, après avoir complété avec brio une traversée de 32 km en duo.

La nageuse de 17 ans et le nageur de 19 ans ont réussi leur défi en un temps de 8 heures et 35 minutes. Ceux-ci ont pris le départ en même temps que Glen Tremblay, à 7h, à Péribonka. Ils ont par la suite eu l’occasion de montrer leur savoir-faire en nageant en alternance, d’abord pendant des périodes de deux heures, puis d’une heure, puis de 30 à 45 minutes, pour finalement réaliser les trois derniers kilomètres ensemble et toucher avec joie la plaque d’arrivée main dans la main à la rade de Roberval, vers 15h25, où tout un bataillon d’amis et de proches les attendaient dans une fébrilité extrême. Pour Jérémie Bonneau, fils de Line Bonneau et de Martin Bonneau, qui entame cet automne sa seconde année en sciences humaines au Cégep de Saint-Félicien, ce sont les nausées qui auront été l’ennemi numéro un à abattre au cours de cette journée remplie d’émotions et de grosses vagues de deux à quatre pieds. Même si le combat s’est avéré ardu, il envisage de pouvoir un jour, comme son amie, réaliser une traversée complète en solo, au cours des prochaines années. Ce rêve qu’il caresse depuis des années, redevient possible car il a été épris d’une faiblesse à l’épaule pendant des mois. Il faut dire que cet hiver, il avait du mal à nager plus de 400 mètres sans ressentir aucun signe de faiblesse. Aujourd’hui, ce temps est révolu, après un programme de physiothérapie qu’il a mené avec soin en compagnie de Julie Sasseville. Avec sa forme d’enfance enfin retrouvée, il a tout encore pour surprendre ses proches au cours des prochaines éditions de la Traversée. Quant à Gabrielle Trottier, fille de Lina Guay et de Claude Trottier, elle admet qu’elle a été moins envahie par les nausées que son bon ami. «C’était moins pire, mais j’étais sur la limite. Parfois, je n’aurais pas restée plus longtemps dans le bateau, souligne celle qui, comme Jérémie, a été entraînée par Régis Potvin au cours de la journée. On s’attendait à de la vague, mais pas nécessairement de cette façon-là.» L’étudiante en sciences de la nature au Cégep de Saint-Félicien se dit fière d’avoir atteint son objectif de terminer cette traversée dans un délai de moins de 10 heures. «Après une traversée en duo, pourquoi pas deux traversées en solo ?», a-t-elle livré, laissant entrevoir que d’autres bons moments sont à venir, au cours des deux ou trois prochaines années. Leur entraîneur de la journée, Régis Potvin, a indiqué que plusieurs conditions gagnantes étaient de la partie, comme la température de l’eau, qui oscillait entre les 65 et les 68 degrés.(J.-F.B.)

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES