Caribou forestier : le plan gouvernemental reçu avec intérêt et incertitude

Par Jules Simard
Caribou forestier : le plan gouvernemental reçu avec intérêt et incertitude

<![CDATA[

FORÊT BORÉALE. Le plan d’action pour l’aménagement de l’habitat du caribou forestier, rendu public par le gouvernement du Québec, est reçu avec intérêt par le président d’Alliance forêt boréale, Jean-Pierre Boivin, tout en relevant que plusieurs incertitudes demeurent au niveau des impacts sur l’activité économique dans les communautés forestières.

« Tout le monde est d’accord pour que l’on établisse des mesures pour protéger le caribou forestier et son habitat et nous saluons ainsi le plan d’action du gouvernement qui permet d’établir les balises et les gestes qui seront pris pour répondre à cet objectif », déclare Jean-Pierre Boivin, indiqua nt que nous avions tous intérêt à ce le gouverne men t de prononce sur la question. Il se dit par ailleurs préoccupé par les impacts qu’auront certaines mesures, dont la création d’aires protégées et de territoires où on limitera l’exploitation de la forêt, impacts auprès des collectivités qui vivent de la forêt. « Nous nous devrons de quantifier et d’analyser ces impacts sur le développement économique relié à l’exploitation de la forêt chez nous », poursuit Jean-Pierre Boivin, qui rappelle l’engagement du que le premier ministre du Québec à l’effet qu’il n’y aura pas de pertes d’emplois reliées à la sauvegarde du caribou forestier.

Mesures

En annonçant le plan le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard a indiqué que le plan s’inscrit dans une approche pondérée qui « consiste à concentrer la majeure partie des efforts de protection sur les éléments clés de l’habitat du caribou et là où les chances de succès sont les meilleurs ». Par les mesures annoncées, le gouvernement veut permettre à la population de caribous forestiers évaluée entre 6 500 et 8 000 têtes de passer à 11 000 têtes au cours des prochaines années.

Les mesures annoncées portent sur l’établissement d’une nouvelle limite nordique, qui tient compte des recommandations du comité scientifique. On y maintiendra ainsi 90% des forêts intactes dans cette nouvelle aire attribuée à l’habitat du caribou forestier. La nouvelle aire fera en sorte que 75% de la population de caribou sera située au nord de la limite nordique alors que 25% sera au sud.

Dans la zone située au sud de la limite, on procédera à la création d’aires protégées. La planification forestière devra tenir compte de ces aires et du maintien de massifs forestiers résiduels en particulier dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, soit dans le secteur des montagnes Blanches. Des analyses et négociations devront avoir lieu avec les propriétaires de droits de coupe pour teni9r compte de ces nouvelles exigences.

]]>

Partager cet article