« Des investissements de calibre international »

Photo de dhudon
Par dhudon
« Des investissements de calibre international »
(Photo : courtoisie)

Rarement assiste-t-on à l’annonce d’un projet d’investissements d’une telle ampleur au Québec et qui plus est dans la région. Un demi-milliard de dollars, c’est ce que projettent investir les Serres Toundra avec l’expansion de sept nouvelles phases à ses installations de Saint-Félicien.

Le président et directeur général des Serres Toundra, Éric Dubé, a présenté le projet qui, à son terme, offrira un complexe de dix unités, incluant les trois serres actuelles.

« Ce sont des investissements de calibre international », a-t-il lancé en ouverture d’une soirée d’information sur ce projet de développement le mercredi 2 novembre.

Malgré l’incendie qui s’était déclaré dans l’après-midi même, la direction des Serres Toundra a tenu comme prévu en soirée sa rencontre d’information sur son projet d’expansion.

Une centaine de personnes ont assisté à cette rencontre à l’Hôtel du Jardin à Saint-Félicien. De plus, on retrouvait neuf entrepreneurs partenaires et un représentant syndical des travailleurs des Serres Toundra.

Les impacts de la luminosité, la main-d’œuvre, les logements pour les travailleurs, les retombées économiques et autres questions ont été abordées par le public. Les échanges se sont déroulés dans le respect, mais à l’occasion le ton s’est fait plus mordant et les interventions plus insistantes.

Fraises et poivrons

Pas d’échéancier précis, mais le projet pourrait s’étendre sur sept ou huit ans. Éric Dubé espère une amorce des travaux d’ici deux ans, mais avoue que l’incendie de la semaine dernière vient quelque peu chambarder les plans.

Les sept nouvelles phases prévoient des serres d’une superficie égale de 8,5 hectares pour un total de 60 hectares supplémentaires.

L’entreprise n’y produira pas seulement des concombres, mais plusieurs autres légumes et fruits, dont des poivrons et des fraises, tous destinés au marché québécois.

Lors de la construction des sept nouvelles phases, les entrepreneurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean devraient recevoir un part des contrats de l’ordre de 205 M$, soit 39 % du projet global. Environ 305 M$ de travaux plus spécialisés seront confiés à des entreprises de l’extérieur du Canada et enfin 15 M$ (3%) des travaux seront exécutés par des entrepreneurs d’ailleurs au Québec et en Ontario.

Retombées économiques

Par ailleurs, quelque 315 entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean devraient se partager 34 M$ en retombées économiques annuellement (29%). Pour l’ensemble du Québec, c’est 74 M$ (63%) et 9M$ (8%) à l’extérieur du Canada.

Les coûts annuels d’exploitation pour les dix phases, toujours selon les Serres Toundra, seront de 117 M$ en opération (78%) et de 33 M$ (22%) en salaires au Lac-Saint-Jean.

Les nouvelles serres seront construites en prolongement des installations actuelles, à cheval aux limites territoriales de Saint-Félicien et de Normandin.

Éric Dubé a estimé que les revenus en taxation pour ces deux municipalités devraient atteindre plus ou moins 2,5 M$ annuellement.

 

Partager cet article