Nouveau mode de financement pour les clubs de motoneiges

Photo de Jean Tremblay
Par Jean Tremblay
Nouveau mode de financement pour les clubs de motoneiges
Le budget du club de motoneige du Relais des Buttes de Saint-Félicien ne sera pas affecté pour la nouvelle formule de financement. Même chose pour le Club Passe-Partout de Roberval. (Photo archives)

À partir de la saison 2022-2023, la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) a mis en place un nouveau système de financement dans le but d’assurer un équilibre financier entre les clubs de motoneigistes du Québec. On vise ainsi à maintenir des sentiers interconnectés de qualité et sécuritaires à l’échelle de la province.

Le nouveau mode de financement qui entre en vigueur accorde à chaque club, dans un premier temps, un montant forfaitaire pour chaque kilomètre entretenu. Une formule qui plait à André Lavoie, le nouveau président du Club Passe-Partout.

« Avec 323 kilomètres de sentier, nous sommes avantagés. Pour le Club, la formule mise de l’avant cette année ne causera pas de problème à notre budget d’opérations », mentionne André Lavoie.

Même son de cloche du côté du Relais des Buttes de Saint-Félicien. Il n’y aura pas d’impact significatif pour le Club présidé par Bernard Tremblay.

« Jusqu’à l’an dernier, on se finançait avec les ventes de cartes de membres au coût de 375$. La moitié de ce montant revenait au Club. À partir de cette année, tout l’argent va provenir de la FCMQ », précise le président.

Trois sources de revenus

Dorénavant, les clubs vont recevoir 50 $ par carte de membre vendue. À ce montant s’ajoutent 85 $ pour chaque heure de surfaçage et 200 $ par kilomètre de sentier.

« Au cours des trois dernières années, nous avons effectué, en moyenne, 900 heures de surfaçage pour entretenir nos 136 kilomètres de sentiers. En additionnant ces trois sources de revenus, on obtiendra un budget annuel similaire aux années précédentes », ajoute Bernard Tremblay.

Petits clubs avantagés

Selon lui la nouvelle formule permettra aux petits clubs de bénéficier d’une augmentation de budget.

« Pour les clubs de moyenne grosseur comme le nôtre, ça ne changera pas grand-chose. Par contre, pour les gros clubs ce sera l’inverse. Ils vont devoir opérer avec un budget réduit », conclut le président.

Partager cet article