Projet de 6M$ : Combler le manque d’hébergement autochtone à Roberval

Denis Hudon
Projet de 6M$ : Combler le manque d’hébergement autochtone à Roberval

La pénurie de logements est une réalité et il est particulièrement criant chez les autochtones. Le projet de construction de 24 unités de logement pour la clientèle autochtone de Roberval, évalué à 6 M$, vient d’être déposé auprès des autorités de la Société d’habitation du Québec (SHQ).

Appelé Mishtik, qui signifie « arbre » en Innu et Atikamekw, le futur édifice doit être construit à l’intersection de la rue Scott et de l’avenue Sainte-Angèle, à Roberval. Il devrait accueillir ses premiers locataires en 2022.

« Le projet avance et on travaille avec divers partenaires pour qu’il devienne bientôt réalité. On travaille aussi avec notre députée Nancy Guillemette qui est bien au fait du dossier », mentionne Mélanie Boivin, directrice générale du Centre de l’amitié autochtone du Lac-Saint-Jean (CAALSJ).

Elle rappelle que les constats réalisés sur le territoire de la ville de Roberval démontrent qu’il y a un manque de logements de plus de deux chambres. Sans oublier l’incendie de deux immeubles à logements ces derniers mois à Roberval et qui étaient occupés en majorité par des Autochtones. Ce qui a amplifié encore la situation de rareté des logements.

Ainsi, le projet de logements Mishtik prévoit 12 unités de trois chambres, six unités de quatre chambres, trois unités de deux chambres ainsi que trois autres unités de cinq chambres.

Pas seulement des appartements

Une halte-garderie sera intégrée à l’édifice afin de permettre aux parents autochtones qui n’ont pas de place en garderie d’avoir un service de garde.

On retrouvera aussi un espace communautaire pour y tenir des rassemblements, des activités, des événements, etc. Il pourra même servir à offrir de la formation ou encore pour développer des savoirs et des compétences autochtones.

Enfin, une structure d’escalade de 40 pieds de hauteur occupera la partie centrale de l’édifice et qui pourra servir aussi d’espace communautaire pour y créer une entreprise d’économie sociale.

Un autre projet

Un autre projet d’habitation vise la transformation de l’édifice qui abritait la Librairie Leclerc en logements pour personnes seules ou vulnérables, de jeunes adultes autochtones notamment.

Si ces projets ne viennent pas tout régler sur le plan du logement, elles amélioreront grandement la qualité de vie de plusieurs familles.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires