Roberval : Une lutte à deux  au siège # 2

Jean Tremblay
Roberval : Une lutte à deux  au siège # 2

Marie-Ève Boivin et Esther St-Pierre sollicitent le siège # 2 pour le prochain scrutin municipal à Roberval. Les deux candidates placent les aînés dans leurs priorités électorales.

C’est à la suite d’une discussion entre amis qu’Esther St-Pierre a décidé de poser sa candidature comme conseillère à Roberval. « Ça faisait longtemps que j’y pensais. Je me suis dit : « Pourquoi pas ? ». D’autant plus que je travaille à mi-temps, le matin, à raison de 20 heures semaine », explique celle qui occupe un poste d’adjointe administrative au centre de santé mentale Le Bouscueil à Roberval.

Pleine d’idées, la candidate a le goût de vivre cette nouvelle expérience. « Je veux me rapprocher des citoyens et leur demander ce qu’ils désirent », ajoute celle qui fait partie de l’équipe de Serge Bergeron, candidat à la mairie.

Venir en aide aux démunis

La sécurité pour la population interpelle la candidate. « C’est rendu dangereux. Le soir ce n’est pas sécuritaire de se promener au centre-ville. Les itinérants sont de plus en plus nombreux. Certains vivent avec des problèmes de santé mentale et de consommation. »

Finalement, elle avoue avoir le goût de venir en aide aux personnes qui vivent seules et celles qui sont âgées.

Nouveau défi pour Marie-Ève Boivin

Pour Marie-Ève Boivin, il s’agit d’une première expérience en politique. « J’ai déjà vécu à Roberval et j’y suis revenue par amour, il y a deux ans. Entre les deux, pendant 20 ans, j’ai demeuré à l’Assomption, une ville qui a connu, contrairement à Roberval, une forte croissance de sa population. Ici, ce que j’entends c’est qu’il n’y a rien à faire à Roberval », expose-t-elle.

« Je constate que les gens ne se parlent pas. J’aimerais que l’on organise des cafés-rencontres. Ce serait une belle façon de redonner du dynamisme à la population. »

Comme priorité elle aimerait qu’on s’occupe davantage des aînés. « Durant la pandémie, j’en ai rencontré plusieurs qui étaient laissés à eux-mêmes. Ils se questionnaient sur les organismes qui pouvaient les aider. Ça m’a beaucoup heurté. »

Marie-Ève Boivin occupe les fonctions de représentante au Saguenay-Lac-Saint-Jean de Prémoulé, une entreprise spécialisée dans la fabrication de matières pour différents types de comptoirs.

Partager cet article