Sœur Jeanne d'Arc Bouchard partage sa vie

Par Daniel Migneault
Sœur Jeanne d'Arc Bouchard partage sa vie

<![CDATA[

Plus de 200 personnes ont assisté au lancement du livre La vie exceptionnelle de Sœur Jeanne d’Arc A.M.J. le 9 décembre dernier au Château Roberval. Plusieurs ont profité de l’occasion pour lui rendre un hommage bien mérité.

« Sœur Jeanne d’Arc, c’est un monument à Roberval. C’est un hommage tout à fait mérité. C’est une pionnière en réadaptation des personnes alcooliques et toxicomanes du Canada. Nombreux lui doivent la vie. Son nom mérite d’être gravé à tout jamais dans notre mémoire collective », a lancé d’entrée de jeu le maire de Roberval, Michel Larouche.

Il faut savoir que Sœur Jeanne d’Arc Bouchard a créé le Centre Saint-Antoine. Elle a soigné des milliers de personnes au cours de sa carrière, une véritable dévotion. Elle s’est battue pour maintenir le centre lorsqu’il a rencontré des jours sombres.

« Je n’ai pas fait tout ce travail seule, lance la religieuse qui aura 83 ans en janvier. Aujourd’hui, ça a rejailli sur tous ces gens qui m’ont aidée. Merci aussi aux patients. C’est une vie avec des peines, mais aussi beaucoup de joie », souligne Sœur Jeanne d’Arc Bouchard.

D’ailleurs, elle se rappelle qu’à un certain moment, elle travaillait jusqu’à 16 heures par jour, ce qui l’a finalement menée à l’épuisement. Mais aujourd’hui, elle rencontre toujours des gens pour les aider.

« J’espère qu’il y aura un bout de ce livre qui vous rendra service. Ce livre n’est pas pour me vanter, mais pour vous dire que je vous aime », a-t-elle lancé sous les applaudissements.

Un premier livre pour Diane Girard

Diane Girard a écrit ce livre à la demande de Sœur Jeanne d’Arc Bouchard. Il s’agit de son premier ouvrage publié, même si elle en a trois autres en cours de préparation.

Elle a d’ailleurs tenu à raconter son histoire avec la sœur Augustine. « Il y a 30 ans, je vivais une mauvaise période. Je n’avais pas de problème d’alcool ou de drogue. Je lui ai demandé de l’aide et elle a accepté de me rencontrer. Elle m’a guidée », se rappelle-t-elle.

Par la suite, alors qu’elle allait mieux, elle a cessé les rencontres. Mais en 2010, plusieurs souvenirs de ses rencontres avec Sœur Jeanne d’Arc lui revenaient en tête. Après avoir hésité longuement, elle a décidé de la recontacter et les deux femmes se sont revues.

« J’ai eu l’impression de ne jamais l’avoir quitté. Une solide confiance et une belle amitié se sont développées. Lorsque Sœur Jeanne d’Arc m’a demandé d’écrire sa biographie, j’ai été très honorée de servir cette noble cause », estime Diane Girard.

]]>

Partager cet article