Surplus de 2,1 M$ à Saint-Félicien pour l’année 2020

Louis Potvin
Surplus de 2,1 M$ à Saint-Félicien pour l’année 2020
Saint-Félicien termine l’année financière avec un surplus de 2,1M$. (Photo : Trium Médias - Louis Potvin)

La Ville de Saint-Félicien a terminé l’année 2020 avec un surplus financier de 2,1M$. Une partie de cet excédent inattendu sera injecté dans le développement industriel et au service de la dette.

C’est en raison de subventions gouvernementales pour la COVID et pour des travaux routiers que la municipalité a dégagé un tel surplus sur un budget de 21,6 M$. Il faut ajouter à ce portrait des baisses de dépenses en loisirs et culture et en urbanisme, car moins de services ont été offerts.

« On s’y attendait un peu à ce surplus. L’avantage, c’est que ça nous permet d’investir dans notre avenir et de baisser notre dette. Habituellement, on tente de dégager un surplus autour de 500 000 $. Cette année a été exceptionnelle, surtout pour les dépenses qui ont été moins élevées en salaires et en services à cause de la pandémie », a commenté le maire, Luc Gibbons.

C’est pour cette raison que le conseil a décidé de dégager 1 M$ pour éviter d’emprunter cette somme pour des travaux de voiries. De plus, la Ville ne touchera pas au fonds industriel de 415 000 $ qui devait servir à l’aménagement du parc industriel de 27 terrains situé près de l’usine de Granules LG.

« On va plutôt garder cette somme pour la concrétisation du réseau de chaleur pour développer le Centre de valorisation de la biomasse et qui pourrait aussi servir à alimenter d’autres entreprises. »

La Ville pouvait se permettre d’utiliser cette somme puisque l’excédent de 2020 portait à 5 M$ le surplus accumulé.

Dette

Pour ce qui est de la dette, elle s’élevait à 16,1 M$ en 2020, soit 2 M$ de moins qu’en 2019. À cette dette, il faut ajouter celle liée à la MRC du Domaine-du-Roy de l’ordre de 12 M$ en raison principalement des investissements pour les deux minicentrales.

Selon le maire Gibbons, la santé financière de la localité est bonne. Et le conseil n’a pas songé à profiter des surplus engrangés pour baisser le taux de taxation.

« On doit atteindre un équilibre entre endettement et projets à réaliser tout en respectant la capacité des citoyens de payer. Le taux de taxe a augmenté d’environ 3,5% en quatre ans alors que le coût de la vie a augmenté de 6,8%.  Ce qui est très raisonnable selon moi. »

Au cours de 2020, la Ville a réalisé des travaux d’immobilisation pour une somme de 5,8 M$. Plus de la moitié a été injectée pour le réseau routier (3,5 M$).

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires