Une année 2021 dans la moyenne pour le Service incendie ­Saint-Félicien-­Saint-Prime-La ­Doré

Photo de Louis Potvin
Par Louis Potvin
Une année 2021 dans la moyenne pour le Service incendie ­Saint-Félicien-­Saint-Prime-La ­Doré
(Photo : Trium Médias - Louis Potvin)

Le ­Service incendie ­Saint-Félicien-­Saint-Prime-La ­Doré a connu une légère hausse de ses interventions en 2021, passant de 150 à 162.

Le nombre d’incendies combattus est resté sensiblement le même. C’est du côté des interventions lors d’accidents de la route (pinces de désincarcération) et lors de sauvetages pour motoneige et quad que cette hausse a été enregistrée. Les pompiers sont intervenus à 14 reprises pour des accidents, le double qu’en 2020.

Au chapitre des incendies, le service a dû combattre 21 feux de bâtiment comparativement à 18 en 2020. Les sapeurs sont intervenus huit fois pour des incendies de véhicules, 9 fois pour des feux de broussailles et à cinq reprises pour feux de cheminée. Les pertes matérielles sont estimées à 771 900 $.

Au cours de l’année, les pompiers ont dû se rendre à trois reprises à l’usine de pâte de ­Produits forestiers ­Résolu pour des incendies mineurs.

Des 21 incendies, deux sont d’origine suspecte, quatre ont été causés par du travail à chaud comme de la soudure, 4 en raison d’une défaillance électrique, 3 pour des erreurs humaines et un par un article de fumeur.

Le service a d’ailleurs enregistré plu-sieurs incendies qui ont pris naissance dans des garages résidentiels. « ­On invite les gens à la prudence quand ils travaillent dans leur garage. Il faut réduire les risques », conseille le directeur, ­Olivier de ­Launière.

Fausses alarmes

Pour l’année 2021, ce sont 33 fausses alarmes qui ont été enregistrées. Un nombre dans la moyenne. « ­Depuis quelques années, on a atteint la stabilité. Auparavant, on en avait le double. Pour le tiers des cas, c’est causé par de la légère fumée de cuisson qui fait démarrer les systèmes d’alarme et comme les gens ne se souviennent plus du code ils ne sont pas en mesure de le désarmer. »

Au chapitre de la prévention, le ­Service observe qu’encore une résidence sur cinq n’a pas un détecteur de fumée fonctionnel. On conseille d’ailleurs aux gens de mettre des piles au lithium d’une durée de vie de 10 ans pour éviter les problématiques de piles à plat dans les détecteurs.

Partager cet article