La boutique d’arts amérindiens Teuehikan ferme ses portes

Photo de dhudon
Par dhudon
La boutique d’arts amérindiens Teuehikan ferme ses portes
Implantée depuis plusieurs années, d’abord à Mashteuiatsh et depuis sept ans sur le boulevard Horace-J. Beemer à Roberval, la boutique d’arts amérindiens Teuehikan doit fermer définitivement les livres dans le contexte économique que l’on connaît. (Photo : Tirée de Facebook)

La boutique d’arts amérindiens Teuehikan, sur le boulevard Horace-J. Beemer, à  Roberval, ferme ses portes. Toutefois, le centre de couture et le centre de vélo Teuehikan et qui abritent le même édifice poursuivent normalement leurs activités.

Le contexte économique, la pandémie, l’absence de touristes européens avec la COVID-19, bref, ce sont plusieurs facteurs qui expliquent la décision de la direction de l’entreprise.

Martin Saint-Pierre connaît bien les trois boutiques puisqu’il y travaille. Il reconnait que la pandémie n’a pas aidé aux affaires de la boutique, mais rappelle du même souffle que c’est pareil partout ailleurs.

« Plusieurs facteurs entrent en ligne, mais le contexte économique actuel est assez généralisé. C’est certain que l’absence de touristes européens a eu des effets. Lorsque les touristes débarquaient par groupes de 40 dans un autobus, c’était bon pour les affaires ».

La boutique était spécialisée dans les collections d’arts autochtones, avec une diversité d’objets dont des sculptures, des coiffes amérindiennes, des cornes de bison, des calumets, etc.

Regarder vers l’avenir

Pour ce qui est du centre de couture Création Mashk et de la boutique Vélos Mashk qui occupent le premier plancher, rien n’est changé. La couture générale, la broderie, la sérigraphie, la confection de même que la vente et réparation de vélos poursuivent normalement leurs activités.

Cette fermeture de la boutique d’arts autochtones est évidemment une perte pour le milieu. Cette entreprise qui a démarré à Mashteuiatsh logeait ces sept dernières années aux limites des territoires de Mashteuiatsh et de Roberval.

« On a des idées et d’autres projets s’en viennent », assure Martin Saint-Pierre, sans en dire davantage pour le moment.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires