Investissements en aluminium : « À quoi joue Rio Tinto? »

Par Julien B. Gauthier
Investissements en aluminium : « À quoi joue Rio Tinto? »
Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe préconisent la création d'un Observatoire indépendant sur l’aluminium. (Photo : courtoisie)

Les deux députés bloquistes de Jonquière et de Lac-Saint-Jean, Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe, déplorent un « va-et-vient » de Rio Tinto, en ce qui concerne les investissements. Selon eux, il est prioritaire de créer un Observatoire indépendant sur l’aluminium.

Cette prise de position des bloquistes fait suite à la déclaration de Jean Simard, président et chef de la direction de l’Association de l’aluminium du Canada, qui soutient que « la hausse des prix de l’aluminium n’a pas été assez longue pour justifier des investissements majeurs ».

« Les dirigeants de la multinationale répètent ad nauseam aux travailleurs et aux représentants élus de notre région que le prix de l’aluminium n’est pas assez élevé pour investir. Lorsque le prix remonte, on obtient du bout des lèvres des promesses d’investissements. Qu’est-ce que cette déclaration du porte-parole de l’entreprise signifie? Est-ce que le projet AP60 est menacé? Est-ce que l’usine de billettes à Alma ne se fera pas? Est-ce que Rio Tinto va demander une prolongation des précuites au-delà de 2025? », déplore Mario Simard

« À quoi joue la multinationale par la bouche de son porte-parole? Si c’est un prélude à mettre en pause les investissements, je vous annonce qu’on ne restera pas planté là sans rien dire : Rio Tinto doit renouveler ses engagements pour mettre fin à l’incertitude d’hier », ajoute Brunelle-Duceppe.

Table régionale de développement de l’aluminium

Les deux élus souhaitant aussi que la Table régionale de développement de l’aluminium convoquée le plus rapidement possible.

« La situation l’exige. L’entreprise nous avait convoqués en juin avec les élus provinciaux pour nous rassurer, mais surtout pour mater les initiatives de concertations qu’elle ne contrôlait pas. On comprend maintenant que rassembler les élus, les syndicats et des organisations de l’industrie, pour agir en concertation face à la multinationale est un levier indispensable. Ceux qui en doutaient encore ont dû se gratter la tête hier soir », on fait falloir les deux députés par voie de communiqué.

Rappelons qu’Andrée Laforest, alors ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, avait notamment manifesté son appui à la création d’un Observatoire indépendant sur l’aluminium au Cercle de presse en juin 2022.

Partager cet article