Festival du Cowboy de Chambord une croissance intelligente

Photo de Louis Potvin
Par Louis Potvin
Festival du Cowboy de Chambord une croissance intelligente

Le Festival du Cowboy de Chambord ne veut pas grossir trop vite, même si la popularité grandissante pour les activités équestres pourrait inciter l’organisation à profiter de cet engouement provincial.

« Il ne faut pas partir en peur et surtout s’assurer de maintenir une qualité de service qui a fait notre renommée. Il faut composer avec la capacité d’accueil de notre site et de nos installations », mentionne le président, William Laroche.

Depuis, qu’il est à la tête du festival, le nombre de visiteurs augmente chaque année. C’est pour répondre à la popularité du festival que le conseil d’administration veut investir 356 000 $ dans ses installations.

La pièce névralgique; le manège. « Nous avons ajouté des gradins, mais on manque encore de places. Cet été, on a refusé beaucoup de monde le samedi et nous étions complets le dimanche. On va ajouter des loges corporatives pour répondre à une demande et passer de 3 200 places à 3 600 places. »

William Laroche veut assurer une croissance intelligente au Festival du Cowboy de Chambord. (Photo Trium Médias – Louis Potvin)

Rodéo en hausse fulgurante

Les épreuves de rodéo sont de plus en plus populaires au Québec. Et Chambord n’y échappe pas. De plus, comme certaines épreuves servent de qualification pour le Festival de Saint-Tite, des concurrents de partout au Québec, du Canada et des États-Unis s’inscrivent à Chambord.

« Comme nous avons une nouvelle enceinte dans le manège plus adéquate et que le site du Festival et l’ambiance sont appréciés des amateurs, le bouche-à-oreille se fait sentir et nous devenons un incontournable. L’an passé, nous avons eu une participation record de 250 participants toutes disciplines confondues. »

Cette année, le président veut obtenir un spectacle à l’entracte provenant directement de l’Alberta.

« On veut en offrir encore plus aux amateurs tout en respectant notre budget. Il ne faut pas oublier que nous sommes influencés par la température. C’est pour cette raison que notre projet d’investissement prévoit d’installer un toit au-dessus des estrades pour qu’on soit mieux adapté lorsqu’il pleut ou que le soleil plombe trop. »

Besoin d’argent

Pour attirer plus de gens, il faut aussi des installations sanitaires en quantité suffisante et avoir davantage de terrains de camping avec services.

« On ne fournit pas à la demande pour les terrains avec services. Actuellement, nous avons 40 places avec services et on veut passer à 100. On peut accueillir au total 800 roulottes et ça oscille entre 500 et 600 par années. »

Pour compléter son programme d’investissement, l’organisation compte sur une subvention supplémentaire de 150 000 $. Elle a déjà reçu 117 000 $ de Québec, 18 000 $ de la MRC du Domaine-du-Roy et n’a pas pu se qualifier pour un programme fédéral.

La réussite passe par l’implication du conseil d’administration et des 171 bénévoles. (Photo – BIRTZ Photographie)

Surplus et augmentation de 4%

Le Festival du Cowboy de Chambord termine son édition 2019 avec un surplus de 24 000 $ et une augmentation de 4% de son achalandage.

Ce sont 38 000 personnes qui se sont déplacées au cours des quatre jours d’activités en 2019. Le président, William Laroche, espère franchir le cap des 40 000 visiteurs en 2020.

« On pense être en mesure de l’atteindre, mais tout dépend de la météo. Nous avons intensifié nos activités de publicité à travers la province et ç’a porté fruit. Nos partenariats avec Saint-Tite et la popularité de ce festival rayonnent sur le nôtre », déclare-t-il.

Selon les statistiques mesurées, environ 50% de la clientèle proviendrait de l’extérieur d’un rayon de 50 km de Chambord.

Retombées économiques

L’an dernier, le manège était plein à craquer. (Photo – BIRTZ Photographie)

Le président Laroche n’est pas en mesure de chiffrer les retombées économiques générées par le Festival pour Chambord et les localités voisines.

« Pour un village de 1 800 personnes, c’est toute qu’un boom économique, la tenue d’un festival qui accueille autant de monde. Les motels sont pleins et les commerces et restaurants virent beaucoup, mais on n’a pas d’étude pour le chiffrer. »

La force du Festival réside notamment par l’implication d’une armée de bénévoles. Ce sont 171 personnes qui ont travaillé à la réussite de l’édition 2019. Le conseil d’administration composé de 16 personnes est tout aussi dévoué.

« Sans toutes ces personnes, le Festival n’existerait pas et ne connaîtrait pas une aussi grande popularité. C’est pour cette raison que nous tenons une activité de remerciement. Ils sont très importants et essentiels à notre réussite. »

2020

Le comité organisateur travaille sur la prochaine édition. Pour 2020, le président mentionne que l’édition misera sur ce qui a fait son succès.

En plus des épreuves équestres, la parade, les spectacles et la danse country, un effort particulier sera déployé pour offrir des activités pour les plus jeunes.

« Nous sommes un festival familial et on doit le faire savoir encore plus et ajouter des activités. On est sérieux et fier de ce que l’on produit tout en assurant la sécurité de tout le monde. C’est notre force, mais il y a encore place à amélioration en augmentant la qualité du service. »

Comme l’accès au site et aux spectacles est gratuit, le Festival s’assure ainsi d’attirer beaucoup de monde. Seule l’entrée au rodéo est payante.

Ainsi, le Festival du cowboy de Chambord s’est taillé une place de choix dans la région en étant le plus important festival du genre avec celui de Labreque.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des