Mercredi, 24 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 25 s

Parler du suicide sauve des vies

Yohann Harvey Simard
Le 24 janvier 2022 — Modifié à 17 h 30 min le 24 janvier 2022
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

La semaine de prévention du suicide se déroulera du 30 janvier au 5 février prochain. Cette année encore, les différentes activités de sensibilisation organisées devront se tenir de façon virtuelle.

C’est le cas de la conférence du psychologue Amir Georges Sabongui, laquelle aura lieu le mercredi 2 février en webdiffusion.

La conférence s’articulera autour de la thématique « Gérer l’ingérable ». Il y sera notamment question de résilience alors que la santé mentale de nombreuses personnes a été fragilisée au cours de la pandémie.

« Dans nos plans de vie, on est dans quelque chose de prévisible, on est capable de contrôler certaines choses. Mais dans des situations comme une pandémie, il faut apprendre à s’épanouir malgré tout, à utiliser notre potentiel, nos forces, nos ressources », fait valoir Mélanie Lapierre, coordonnatrice des services de prévention, de formation et de communication pour le Centre de prévention du suicide 02.

Cette dernière indique d’ailleurs avoir constaté une augmentation des demandes d’aide depuis la 2e vague de la pandémie.

« C’est certain que ça nous dit qu’il y a des gens qui vivent de la détresse, mais ça nous dit aussi qu’ils demandent l’aide et utilisent les services », commente-t-elle.

Bien qu’elle n’ait toujours pas les chiffres exacts, elle estime à environ une quarantaine le nombre de suicides survenus au Saguenay-Lac-Saint-Jean en 2021, ce qui correspond à la moyenne des années précédentes.

Défaire les mythes

Si la semaine de prévention du suicide est une « belle opportunité » d’ouvrir le dialogue, Mélanie Lapierre rappelle qu’il s’agit d’un enjeu dont il ne faut pas avoir peur de parler en tout temps.

En ce sens, elle soutient « que les gens pensent souvent que parler du suicide peut en donner l’idée », ce qu’elle qualifie du « plus gros mythe en prévention du suicide. »

En effet, dit-elle, le fait d’entreprendre une discussion sur le suicide permet au contraire de « décharger la personne, de l’aider à se confier et d’ouvrir la porte à la demande d’aide. »

La ligne 1 866 appelle (277-3553) est disponible 24 heures sur 24, 7 jours par semaine, tout comme le service de clavardage, disponible via www.suicide.ca.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES