Mercredi, 24 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 17 s

« Pas certaine que ce soit une bonne idée de réduire la vitesse » -Marie-Noëlle Bhérer

Jean Tremblay
Le 06 avril 2022 — Modifié à 11 h 28 min le 06 avril 2022
Par Jean Tremblay - Journaliste

La mairesse de Saint-Prime, Marie-Noëlle Bhérer, se questionne sur la diminution de la vitesse à 80 km/h dans le secteur de la côte du Cran. Des camionneurs l’ont interpellée pour lui indiquer qu’il deviendrait périlleux de gravir cette côte à cette vitesse, surtout lorsqu’elle est glacée.

Depuis belle lurette, ce secteur est le théâtre de vitesse excessive et de dépassements parfois hasardeux. Marie-Noëlle Bhérer suggère qu’on écoute les usagers avant de procéder à ce changement de vitesse dans la côte du Cran.

« Pour eux, compte tenu de la limite de vitesse de leur camion, il est déjà difficile de se donner un élan pour monter la côte du Cran. Certains m’ont confirmé que ça deviendra un défi de le faire lorsque les conditions climatiques ne seront pas au rendez-vous », souligne la mairesse.

De son côté, le ministère des Transports (MTQ) affirme que ça ne devrait pas causer de problème.

« Le ministère priorise toujours l’entretien des côtes. Ailleurs au Québec, les poids lourds circulent sur des côtes avec une vitesse maximum de 80 km/h et ça ne cause pas de problème », explique Nathalie Girard, conseillère en communication.

Satisfaite du MTQ

La mairesse confirme également l’intention du MTQ de poser des gestes à court terme pour sécuriser rapidement ce tronçon routier.

« C’est ce que je trouve positif dans ce dossier. On nous a affirmé qu’après les études, d’autres interventions seront mises en place, dont l’aménagement d’un carrefour giratoire à l’intersection de la route de Sainte-Hedwidge. »

Elle ajoute que le ministère a manifesté son intérêt d’écouter plus attentivement les récriminations des utilisateurs.

« Il faut prendre note des doléances des gens sur le terrain. Nous, comme élus, notre travail se fait souvent dans les bureaux. Même chose pour les fonctionnaires. Il faut donc être proactif avec notre population. Le directeur régional du ministère des Transports, Donald Boily, est sur la même longueur d’onde. »

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES