Samedi, 20 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 31 s

La situation toujours critique au Bôme de Saint-Méthode

Louis Potvin
Le 21 mai 2022 — Modifié à 13 h 31 min le 21 mai 2022
Par Louis Potvin - Rédacteur en chef

Après une nuit mouvementée, les riverains du secteur du Bôme de Saint-Méthode à Saint-Félicien sont toujours sur le qui-vive. Si le mauvais temps se met de la partie, les dommages causés par les inondations pourraient être plus importants.

« Cette nuit, je me suis levé, car j’entendais cogner à l’extérieur du chalet. C’était des vagues qui transportaient des débris et des billes de bois qui cognaient sur le solage. Aussi, l’eau passait dans la cour et traversait le chemin », témoigne Francis Côté.

D’ailleurs, les Travaux publics sont intervenus afin de nettoyer le Chemin du Canal et le Chemin Doré qui étaient jonchés de débris ce matin. À certains endroits, ces routes sont inondées compliquant le passage des voitures.

« On demande aux gens de réduire les déplacements, car on craint pour les infrastructures qui sont fragilisées par la quantité d’eau.  Pour l’instant, il n’y a pas d’avis d’évacuation, mais on reste à l’affût », a indiqué le maire, Luc Gibbons.

Ce dernier va rencontrer les citoyens pour faire le point et inviter ceux qui le désirent d’évacuer leur résidence.

« On a un poste de commandement et nous allons fournir de l’eau aux gens, car certains se retrouvent sans eau potable. Aussi, ils doivent surveiller leurs installations septiques pour ne pas avoir de refoulement. La situation est délicate, mais au moins on a une accalmie. »

Plusieurs résidences sont entourées d’eau et de nombreux terrains sont submergés. Daniel Tremblay actionnait ses pompes pour retirer l’eau du vide sanitaire de son chalet.

« On souffle un peu. L’eau a baissé d’un pouce par rapport à hier. Cette inondation est pire que celle de 2017, mais on va passer à travers. On fait ce qu’il faut, j’ai protégé mon terrain avec des sacs de sable. On espère seulement que les vents ne se lèveront pas », espère-t-il.

Même si la situation est critique, ça ne l’empêchera pas de construire une maison pour remplacer son chalet l’an prochain.  « Je vais le bâtir plus haut comme mon voisin pour me protéger des inondations.

Les citoyens rencontrés restaient « zen » dans les circonstances et s’entraident tout en espérant que le niveau du lac Saint-Jean et de la rivière Mistassini cesse d’augmenter afin de leur permettre de souffler un peu.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES