Samedi, 20 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 34 s

Industrie agricole: Un congrès régional pour motiver les troupes

Yohann Harvey Simard
Le 18 octobre 2022 — Modifié à 10 h 34 min le 18 octobre 2022
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Entre des récoltes affectées par des conditions météorologiques défavorables et les taux d’intérêt qui ne cessent de grimper, ce ne sont pas les préoccupations qui manquent du côté des producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est néanmoins sur une note positive que l’industrie, à l’occasion d’un congrès régional, fera le point ce mercredi à l’Hôtel du Jardin de Saint-Félicien.

Bien que les volumes s’avèrent moins catastrophiques que prévu, certains producteurs agricoles s’attendent à encaisser des pertes alors que la saison des récoltes tire à sa fin.

Prenant l’exemple du soya, le président de la Fédération de l'Union des producteurs agricoles (UPA) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mario Théberge, laisse entendre que les producteurs prévoient terminer la saison avec un « rendement extrêmement décevant ». Cela ne l’empêche pas de demeurer optimiste de façon plus générale, expliquant que les agriculteurs jouissent actuellement de « très bonnes » conditions automnales.

« Nous sommes en train d’évaluer ce que ça va donner. Mais c’est sûr qu’il est encore un peu tôt pour se prononcer parce qu’étant donné que les producteurs ont dû semer tard, ils récoltent tard. »

Chose certaine, des compensations sont attendues de la part de la Financière agricole du Québec, l’ensemencement de plusieurs cultures ayant été significativement retardé par les pluies abondantes du printemps dernier.

Taux d’intérêt

La hausse fulgurante des taux d’intérêt constitue une autre source d’inquiétudes chez les producteurs agricoles.

« Les économistes l’ont dit l’année passée : si les taux d’intérêt montaient juste de 2%, ce qui est déjà fait, ce serait très difficile pour les producteurs agricoles. »

Mario Théberge rappelle que c’est au moyen de prêts bancaires que les producteurs procèdent généralement à leurs dépenses en immobilisation et font l’acquisition de leurs équipements.

« Quand tu empruntes, tu fais un budget avec des prévisions. Mais là, les prévisions, elles ne sont plus bonnes. On faisait des emprunts à 2%, et là, c’est rendu 5%. Les taux d’intérêt ont doublé, ce qui veut dire que les termes, en intérêts, ils ont doublé aussi. Ça change tout parce qu’on parle de millions de dollars. »

Congrès régional

Mario Théberge soutient que la relève agricole, effrayée par les difficultés que traverse actuellement l’industrie, sera au cœur des discussions ce mercredi à l’occasion d’un congrès régional.

« Sans leur conter des peurs, je veux leur donner une réalité plus positive par rapport à l’avenir que ce que l’on vit actuellement. »

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES