Vendredi, 14 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 47 s

Steve Laflamme lance "Les Agneaux de l’Aube"

Denis Hudon
Le 20 mars 2023 — Modifié à 17 h 45 min le 20 mars 2023
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Steve Laflamme revient hanter son lectorat avec une nouvelle série à suspense Les Agneaux de l’Aube, qu’il publie chez Libre Expression. Passé maître dans l’art du thriller avec ses romans précédents de l’enquêteur Xavier Martel, le voici avec de nouveaux personnages, Frédérique Santinelli et Guillaume Volta, qui enquêtent sur des morts violentes qui s’accumulent dans les régions de Québec et de Charlevoix.

L’auteur originaire de Saint-Félicien en est à son septième roman depuis 2017. Il plonge cette fois son lectorat dans les sombres desseins d’une société occulte, l’Ordre hermétique de l’Aube dorée (Golden Dawn), fondé au 19e siècle, et qui a vraiment existé.

Pour y voir plus clair dans ces assassinats, Guillaume Volta fait appel à Frédérique Santinelli, professeure de littérature, pour l’aider à décrypter un texte légué par une des victimes des "Meurtres de l’Aube".

« Ce livre est aussi un plaidoyer pour l’éducation et sur l’importance de s’instruire, car il n’a rien de pire que l’ignorance. Je souhaite que les gens retiennent ça aussi au terme de la lecture de ce thriller », dit l’écrivain.

La piqûre pour le fantastique

Steve Laflamme a trouvé sa niche comme écrivain dans le roman policier en 2011-2012.

« À l’âge de 15 ans, j’ai découvert l’auteur Stephen King. J’ai lu énormément de fantastique et je l’ai même étudié par la suite. J’ai aussi été marqué comme bien d’autres par Le Seigneur des Anneaux. Je sais, ce n’est pas très original », lâche-t-il, « mais c’est ce genre qui m’accroche le plus. »

Avant même de se lancer dans l’écriture, Steve Laflamme débroussaille le terrain en quelque sorte. Une bonne documentation est le point de départ pour bien camper ses personnages, mélangeant ainsi le réel et la fiction.

Déjà avec cette nouvelle série, Steve Laflamme sait qu’il y aura une suite pour trois ou quatre autres tomes. Le deuxième, il prévoit déjà sa sortie pour 2024.

Il veut aussi clore le chapitre de la série de l’enquêteur Xavier Martel avec un quatrième et dernier tome, mais après 2024.

« Ces dernières années j’écris plus souvent en fin de journée. J’essaie d’écrire au moins 1 000 mots par jour, mais quelques fois lorsque les idées se bousculent, je peux aller jusqu’à 2 000 ou 2 500 mots ».

Parallèlement, il donne des conférences et des ateliers d’écriture dans les écoles secondaires et dans les cégeps. Il est lui-même enseignant en littérature policière, entre autres, au Cégep de Sainte-Foy.

Pourrait-il faire de même dans des écoles de son Lac-Saint-Jean natal? Et il répond alors avec une pointe d’humour : « La façon la plus simple serait qu’on m’invite ».

Les Agneaux de l’Aube, qui compte plus de 400 pages, est en librairie depuis le 15 février dernier.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES