Samedi, 20 juillet 2024

Culture

Temps de lecture : 1 min 36 s

Les anges de Sarajevo : Voyage dans l’univers post-traumatique

Louis Potvin
Le 17 décembre 2022 — Modifié à 15 h 19 min le 17 décembre 2022
Par Louis Potvin - Rédacteur en chef

Pendant une dizaine d’années, Danielle Dubé a travaillé sur des fragments qui allaient devenir son dernier roman, Les anges de Sarajevo. Une incursion dans la vie d’une journaliste chamboulée par l’horreur de la guerre.

Même si les scènes cauchemardesques sont issues de la guerre de Sarajevo de 1992, les références à celle actuelle en Ukraine sautent aux yeux.

« C’est ce qu’on mon ex-éditeur, André Vannasse, m’a dit après avoir lu le livre. Pourtant, je l’ai terminé avant que le conflit en Ukraine se déclenche. C’est un hasard. Ça reste que c’est un sujet universel et je voulais dépeindre les effets de la guerre sur les gens qui reviennent avec un syndrome post-traumatique », dévoile l’auteure, de sa maison située en bordure du lac Saint-Jean à Saint-Henri-de-Taillon.

Ce sont aussi de beaux paysages sur le bord du fleuve Saint-Laurent à Métis-Sur-Mer qui ont inspiré ce roman.

« En fait, Les anges de Sarajevo est un double récit. Celui inspiré par ma mère et de ses sœurs. J’ai inventé une histoire à partir de ces trois femmes, en rapport avec les effets de la 2e guerre mondiale sur elles et celui d’une journaliste qui perd ses repères et se retrouve en plein syndrome post-traumatique. »

Inspirée par un soldat

Danielle Dubé a été frappée par l’ouvrage d’un ex-soldat, Martin Petit, intitulé Quand les cons sont braves.

« Ça m’a bouleversé son témoignage. J’ai fait des entrevues avec lui et j’ai fait beaucoup de recherche sur cette guerre. Martin Petit a réussi à s’en sortir par l’écriture. Ces gens qui ont vécu la guerre sont marqués à la vie… à mort. Il a réussi à ressusciter malgré les dépressions et tentatives de suicide. Je tenais à essayer de traduire ces drames intérieurs qu’ils vivent face à l’atrocité de la guerre. Et de fil en aiguille, le récit a pris forme. »

Des œuvres du photographe originaire d’Alma Marc Bergeron et de l’artiste Louis Jammes ont aussi contribué à nourrir son imaginaire.

Comme Danielle Dubé a été journaliste, elle trouvait pertinent que son personnage principal le soit.

C’est ainsi qu’à l’image d’une courtepointe, l’auteure a entremêlé délicatement ces deux récits pour les imbriquer dans ce roman qui risque de déstabiliser son lecteur.

Un voyage au cœur des atrocités, de la solitude et de la détresse.

Les anges de Sarajevo est publié par les éditions de la Pleine lune et est disponible en librairie.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES