Jeudi, 18 juillet 2024

Économie

Temps de lecture : 1 min 44 s

La production d’aluminium devrait commencer en 2027

375 M$ pour 10 nouvelles cuves équipées de la technologie Elysis à Jonquière

Jean-François Desbiens
Le 28 juin 2024 — Modifié à 15 h 03 min le 28 juin 2024
Par Jean-François Desbiens - Journaliste

C’est une nouvelle qui était attendue depuis longtemps. Dix cuves utilisant la technologie Elysis seront construites pour produire de l’aluminium sans émission de carbone dans une nouvelle usine au Complexe Jonquière de Rio Tinto, un investissement de 375 M$.

L’annonce officielle a été faite ce matin en présence de nombreux dignitaires, maires, députés et ministres.

Rio Tinto investira 235 M$ et Investissement Québec 140 M$.

Cette usine de démonstration sera adjacente aux cuves déjà existantes, ce qui permettra l’utilisation de l’infrastructure électrique, des installations de stockage d’alumine ainsi que du centre de coulée.

Le directeur exécutif des Opérations atlantiques de Rio Tinto, Sébastien Ross, a précisé qu’elle devrait produire annuellement jusqu’à 2 500 tonnes d’aluminium par année à partir de 2027.

Étape cruciale

« Ça peut paraître peu en termes de tonnages, mais pour vous donner une image, c’est 275 000 roues d’aluminium pour les automobiles. C’est surtout une étape cruciale et importante dans le processus d’industrialisation de la technologie Elysis. Cet investissement permettra à Rio Tinto d’acquérir de l’expertise pour un déploiement à plus grande échelle. »

Interrogé par la suite, Sébastien Ross a mentionné que cette usine devrait permettre à la multinationale de maintenir son nombre d’employés dans la région au niveau actuel.

« Pour ce projet de 10 cuves Elysis, il est encore trop tôt pour statuer sur le nombre de personnes qui y travailleront. Notre but, avec tous les projets qu’on annonce dans la région, c’est de consolider ce qu’on a, malgré les retraites anticipées et la fermeture graduelle des vieilles salles de cuves Soderberg. »

Présent pour cette annonce, le ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, a souligné que le Québec deviendra ainsi le premier pays au monde à produire de l’aluminium sans gaz à effet de serre.

Avancée révolutionnaire

« Nous avons participé à l’origine de ce projet en 2018 et on franchit maintenant une nouvelle étape. On commencera la commercialisation de la technologie Elysis. C’est une avancée qui va révolutionner l’industrie de l’aluminium. Ce sera modeste comme volume, mais ça va être très stratégique pour le positionnement dans le marché. »

Son homologue fédéral, François-Philippe Champagne, était aussi sur place, même si Ottawa ne contribue pas à ce projet. Ce dernier a cependant indiqué que son gouvernement compte investir des dizaines de millions de dollars pour l’étape suivante, soit la commercialisation du procédé.

Quant à elle, la mairesse Julie Dufour était tout sourire.

« C’est une excellente nouvelle! On se tourne vers l’avenir et ça marque une étape concrète et importante dans le développement de la région. »

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES