Mercredi, 19 juin 2024

Économie

Temps de lecture : 1 min 35 s

Bleuet : la prochaine récolte s’annonce bonne

Serge Tremblay
Le 14 juillet 2023 — Modifié à 13 h 02 min le 14 juillet 2023
Par Serge Tremblay - Rédacteur en chef

En dépit du gel ici et là du printemps dernier et le temps sec des dernières semaines, la récolte de bleuets s’annonce malgré tout intéressante. Il ne faut pas s’attendre à une année record, mais vraisemblablement la récolte pourrait se situer dans la moyenne des dernières années et peut-être même un peu au-dessus.

La météo n’étant pas une science exacte, c’est Dame Nature qui a le dernier mot.

« On a noté quelques dommages dans certaines bleuetières en raison de gels au sol, mais je pense que la récolte en général sera assez bonne cette année. Il est encore un peu trop tôt pour savoir », dit Nicolas Pedneault, président du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec (SPBQ). Il souligne aussi que la pollinisation a été bonne.

Des gels ont été signalés, par exemple, dans des secteurs à l’Ascension, à La Doré et Saint-Prime.

Mario Bussière de Bleuets Mistassini croit qu’il y aura sans doute un peu de dommages causés par le gel.

« Il est toujours difficile de prévoir à ce temps-ci de l’année quelle sera la récolte. Tout va dépendre des prochaines semaines avec la météo. Je ne m’attends pas à un record cette année, mais en ce moment, c’est plutôt encourageant. »

Inconvénients des feux

Par ailleurs, le petit fruit bleu s’en est bien tiré jusqu’à présent avec les feux de forêt. Ce qui n’empêche pas l’industrie du bleuet de garder l’œil ouvert.

« Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas des inconvénients. Certains propriétaires ont été confrontés aux interdictions d’accès à la forêt. Les feux n’ont pas vraiment affecté le bleuet jusqu’à présent. La fumée ne semble pas avoir eu d’impacts non plus, mais c’était parfois très incommodant pour les travailleurs », note Nicolas Pedneault.

Ce dernier indique qu’aucune bleuetière n’a brûlé lors des feux de forêt, mais il faudra attendre pour en savoir davantage sur le bleuet qui se trouve en forêt.

Jean-Pierre Senneville de Bleuets sauvages du Québec (BSQ), organisation qui regroupe des producteurs de bleuets et des entreprises de transformation, fait sensiblement la même analyse de la situation.

« Les bleuetières n’ont pas été touchées par les feux. Il y a sans doute quelques secteurs en forêt où le bleuet a pu être affecté, on en saura davantage plus tard seulement ».

Jean-Pierre Senneville est plutôt confiant alors qu’il anticipe une bonne récolte du bleuet cette année.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES