Samedi, 20 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 26 s

Que fait Bertrand Côté depuis sa retraite de la vie politique ?

Jean Tremblay
Le 19 février 2022 — Modifié à 06 h 17 min le 19 février 2022
Par Jean Tremblay - Journaliste

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Bertrand Côté, qui fut le premier magistrat de Saint-Félicien pendant 12 ans, ne s’intéresse plus à l’actualité politique.

À 78 ans, l’ex-maire ne chôme pas. « Je suis complètement coupé de la vie politique. La lecture de biographies politiques occupe une grande partie de mes moments libres. Entre autres, j’ai lu trois biographies différentes de Maurice Duplessis. J’aime également les polars », confie-t-il.

Ses passions vont au-delà de la lecture. « Sur internet, je joue environ 400 brasses de bridge aux deux semaines. Finalement, le jeu Sudoku occupe une autre partie de mes activités. Parfois, je joue en rêvant », ajoute en ricanant l’ex-maire.

Pressions politiques

Après avoir été pharmacien propriétaire durant toute sa carrière d’homme d’affaires, il avoue s’être lancé dans l’arène politique à la suite de nombreuses pressions.

« J’avais pris ma retraite, mais je trouvais le temps long. Je me rappelle avoir été approché par Alfred Hamel pour poser ma candidature comme maire. Je lui avais alors répondu que je n’avais aucune affinité en politique. Paul Leclerc m’avait également fait la même demande. »

Une rencontre déterminante l’a fait pencher dans la balance. « Un jour, on m’a invité dans un restaurant à Saint-Félicien. On m’a amené dans une petite pièce à l’arrière. Une quarantaine de décideurs de l’époque m’y attendaient. Ils se sont levés pour m’applaudir. Après avoir consulté mes proches, la décision de me présenter à la mairie a été prise. »

Trois élections

Après trois mandats, il tire sa révérence de la politique municipale.

« En 1994, j’ai remporté l’élection partielle qui a été déclenchée suite au départ de Benoît Laprise qui a été élu député péquiste pour le comté Roberval. Par la suite, j’ai été reconduit à deux reprises sans opposition. Finalement, j’ai sorti par la grande porte en ne demandant pas de renouvellement de mandat. »

Au cours de sa carrière, deux maires ont servi de mentors politiques à Bertrand Côté.

« Claude Munger (Roberval) et Bernard Généreux (Saint-Prime) m’ont inspiré. Ce sont des personnes intègres, honnêtes et d’une grande générosité. Je les ai toujours appréciés », conclut-il.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES