Samedi, 20 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 25 s

Étude sur la pénurie de logements dans la MRC du Domaine-du-Roy

Louis Potvin
Le 21 octobre 2022 — Modifié à 14 h 47 min le 21 octobre 2022
Par Louis Potvin - Rédacteur en chef

La MRC du Domaine-du-Roy va faire réaliser une étude pour obtenir un portrait de la situation du logement dans le secteur afin de trouver des solutions pour combler la demande.

« Il semble y avoir des besoins pour différentes clientèles, mais il faut avoir l’heure juste afin de prendre des décisions éclairées pour améliorer l’offre de logements dans la MRC. Il y a des problématiques, c’est certain, mais il faut avoir une analyse et ensuite des pistes de solution », explique le préfet, Yanick Baillargeon.

Le conseil des élus a accordé une somme de 16 920 $ pour payer une partie des 36 920 $ octroyés à Écobes pour ce mandat.

La pénurie de logements semble toucher différentes strates de la société comme les autochtones, les étudiants, les ainés, les familles, les nouveaux arrivants et les travailleurs étrangers.

« C’est une forme de frein à notre développement, car on se fait dire qu’il manque de logements pour différents types de personnes. En effet, si tu veux venir travailler ici, mais que tu n’as pas accès à un logement, ça complique les choses. »

Place du privé

Les élus veulent aussi savoir quels sont les freins aux nouvelles constructions par des entrepreneurs. En effet, les promoteurs privés sont moins nombreux à se lancer dans  la construction de multilogements depuis quelques années.

« On veut savoir les raisons. Est-ce rendu trop cher en raison du coût des matériaux? Est-ce qu’il pourrait y avoir des incitatifs des gouvernements? »

Errance

Il y a aussi l’aspect de l’errance à Roberval qui doit être abordée pour voir si elle est due à un manque de logements adaptés à ce type de clientèle. Le manque de logements abordables semble toucher principalement Roberval, notamment chez les autochtones. D’ailleurs, le projet de 24 logements du centre Mamik, dont la construction est retardée, viendrait combler une partie de la problématique.

Aussi, l’idée d’implanter une maison des sans-abris serait envisagée.

« C’est un autre aspect qu’il faut connaître. On doit avoir des stratégies pour adapter les mesures à mettre en place pour essayer de corriger la situation du manque de logements selon le groupe de personnes.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES