Jeudi, 25 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 9 s

Club Tobo-Ski de Saint-Félicien - « Tous les skieurs sont en danger » - Stéphanie Potvin

Jean Tremblay
Le 21 mars 2023 — Modifié à 09 h 50 min le 21 mars 2023
Par Jean Tremblay - Journaliste

Le dimanche 12 mars vers 11h30 Liana Talbot, âgée de 7 ans, a chuté d’une hauteur d’une vingtaine de pieds alors qu’elle était retenue par une autre personne assise sur une chaise du télésiège au Club Tobo-Ski de Saint-Félicien. Fort heureusement la jeune fille s’en est tirée sans blessure. Sa mère Stéphanie Potvin dénonce ce qu’elle considère comme un manque de sécurité pour tous les usagers de la station de ski.

Un cauchemar pour sa mère qui a assisté, sans pouvoir l’aider, à ce qui aurait pu se terminer par un drame.

« Liana accompagnait son instructeur du Club Avalanche Yves Guay. Dès le départ, à l’embarcadère, elle n’a pas réussi à s’asseoir sur le siège. Yves la tenait et il lancait des cris pour qu’on arrête le télésiège. L’opérateur et la patrouilleuse, au départ de la remontée mécanique, ne l’entendaient pas. Rapidement, après cinq secondes, suspendue dans le vide, elle se retrouve à une hauteur appréciable », raconte sa mère encore émotive de cette saga, plus d’une semaine après l’événement.

Yves avise Liana de ne pas bouger. L’instructeur n’avait d’autre choix que de la retenir jusqu’au débarcadère du télésiège. Il n’avait pas eu le temps de baisser la barre de sécurité parce qu’il tenait Liana à bout de bras.

« Je me trouvais dans la pente numéro 5 et je regardais la scène en direct. Soudainement j’entends mon conjoint crier. Il se trouvait deux sièges à l’arrière. La panique s’empare de tout le monde », précise la mère.

Sauter dans le vide

Rendu à mi-chemin l’opérateur finit par arrêter la remontée mécanique alors que l’instructeur criait de ne pas le faire. C’est en redémarrant que l’inévitable est survenu.

« Une opération qui a fait perdre la prise qu’avait Yves sur ma fille. Il réussit toutefois à l’agripper par le capuchon. Une manœuvre qui par contre étouffait Liana. Par instinct il l’a lâché dans le vide à une hauteur d’environ une vingtaine de pieds, en haut des roches », ajoute sa mère.

Par chance la jeune fille est tombée sur ses skis sans aucune séquelle.

Stéphanie Potvin dénonce ce qu’elle considère comme un manque de sécurité au Club Tobo-Ski.

« La vigilance n’était pas au rendez-vous. La première patrouilleuse arrivée sur les lieux a demandé à ma fille de se lever et de marcher en direction de la civière. En pareille circonstance c’est inapproprié. On doit poser un collier cervical et immobiliser la personne. Ça aurait pu lui être fatal, car parfois le corps réagit plus tard après un tel accident. »

Formation « bâclée » ?

Quelques jours après l’événement elle a rencontré Maxime Fortin, directeur des loisirs, culture et vie communautaire à la Ville de Saint-Félicien et Simon Ouellet, coordonnateur au Club Tobo-Ski.

On se souviendra qu’en début de saison tous les patrouilleurs ont remis en masse leur démission.

« Je leur ai demandé quelle formation « bâclée » les nouveaux patrouilleurs ont reçue ? On m’a confirmé qu’ils ont suivi 40 heures de formation dont 10 en virtuelle, au lieu des 80 heures requises. Je n’ai rien contre l’inexpérience tout le monde doit débuter, mais là il y a un minimum de connaissances qui n’est pas au rendez-vous selon moi », conclut la mère qui réfléchit sur la suite des événements.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES