Actualités

Temps de lecture : 1 min 20 s

Camping municipal et circuit court alimentaire

Deux projets majeurs pour revitaliser Saint-François-de-Sales

Denis Hudon
Le 31 janvier 2024 — Modifié à 08 h 20 min le 31 janvier 2024
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Deux projets majeurs pour revitaliser Saint-François-de-Sales

Saint-François-de-Sales planche sur deux projets majeurs de vitalisation, l’un qui consiste en un aménagement d’espace d’eau et de détente au camping municipal et l’autre pour développer l’autonomie alimentaire. Les investissements nécessaires dépassent les 700 000 $.

Puisque l’étang artificiel du Camping Saint-François est interdit de baignade depuis la pénurie de sauveteurs ces derniers étés, il est suggéré de transformer le plan d’eau en un bassin peu profond avec des aménagements paysagers et des infrastructures récréatives.

Le projet dans son ensemble représente des investissements de 500 000 $. La MRC Domaine-du-Roy est prête à verser un montant de 100 000 $.

D’autres partenaires et programmes sont aussi sollicités pour compléter le financement.

Le projet prévoit notamment une grande terrasse, l’ajout d’un chalet locatif, une petite scène, une zone BBQ libre-service, un espace plage, une fontaine en cascades, des bâtiments de services, etc. Le projet fait partie d’un plan d’ensemble qui viendrait bonifier les infrastructures déjà existantes au camping.

Circuit court alimentaire

Le projet de circuit court alimentaire est évalué à 210 000 $, dont 190 000 $ sont déjà confirmés avec la MRC Domaine-du-Roy via son fonds de vitalisation (100 000 $) et la Fondation Béati (90 000 $). L’objectif est de pourvoir la population en situation financière précaire d’un service alimentaire autonome animé par des bénévoles.

Avec la collaboration du Dépanneur communautaire, géré entièrement par des bénévoles, de la forêt nourricière et de la cuisine collective, le circuit court alimentaire viendrait en quelque sorte boucler la boucle en matière d’autonomie alimentaire pour la population.

À partir de la production de produits frais issus de la forêt nourricière, l’idée est de transformer et de rendre disponibles ces produits. Les jeunes du camp de jour font les semis et la plantation du printemps et des bénévoles du comité s’occupent de la récolte. Le Dépanneur communautaire devient ainsi la plaque tournante pour l’accès à ces produits frais ou transformés collectivement.

Rappelons qu’au fil des dernières années, Saint-François-de-Sales a perdu son dépanneur, son restaurant, sa station-service et son épicerie.

 

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES