Samedi, 20 juillet 2024

Économie

Temps de lecture : 2 min 50 s

Comptabilité dans les entreprises : Quand la pénurie de main-d'œuvre cause des maux de tête

Le 15 novembre 2022 — Modifié à 07 h 00 min le 15 novembre 2022
Par Mélyna Girard

La rareté de la main-d’œuvre chez les entreprises touche aussi des postes administratifs comme la comptabilité. Alors que celles-ci doivent composer avec de nouvelles réalités et à mesure que les tâches se multiplient, les ressources en comptabilité prennent encore plus d’importance.

« Les besoins en comptabilité évoluent et tout va très vite en ce domaine. Les petites et moyennes entreprises sont souvent débordées par les tâches administratives qui se multiplient et se complexifient aussi », dit Marc Lévesque, associé en certification chez Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) dans le Haut-du-Lac.

La rareté de main-d’œuvre en comptabilité est elle aussi bien réelle. Il peut être difficile de garder son personnel alors que la demande est forte pour ce type d’emploi. Et pour ajouter à la difficulté, cette ressource humaine très convoitée par la compétition est confrontée au phénomène de chasseurs de têtes.

« Il n’est pas rare de voir des clients en comptabilité dans des entreprises passer aux secteurs public et parapublic. Il y a présentement une vague de départs vers ces secteurs. Il y a un mouvement de main-d’œuvre et cela ajoute de la pression sur les PME », poursuit-il.

Il donne l’exemple où une PME qui perd sa seule ressource comptable peut se retrouver avec un gros problème sur les bras.

Offrir un salaire compétitif et de bonnes conditions de travail aident aussi à garder son personnel. Il est important d’être à l’écoute de ses ressources humaines.

« Ce que je remarque aussi, c’est qu’on voit la ressource administrative comme une dépense alors que c’est en réalité un investissement. Tant que l’entreprise fait de l’argent et que ses affaires vont bien, ça va, mais lors de périodes plus difficiles, il faut avoir les outils nécessaires pour passer à travers la crise », renchérit Josée Boudreault, conseillère principale, groupe conseil en transformation des affaires, chez RCGT.

La pénurie en ressources comptables signifie aussi un recrutement de personnel ayant moins de qualifications afin de répondre à la demande et aux besoins.

Des technologies comme support

La technologie peut venir à la rescousse d’un manque criant de main-d’œuvre. Restreindre ses activités et sa croissance en raison de rareté de main-d’œuvre n’est pas la solution pour une entreprise.

L’automatisation de certaines transactions et saisies de données, (par exemple l’impartition des paies auprès d’institutions financières, utilisation de logiciels comptables qui inscrivent seul la plupart des transactions, etc.) permet de libérer des talents et de mettre à profit leurs compétences ailleurs, dans un rôle bonifié.

Par ailleurs, l’utilisation d’outils de numérisation et logiciels comptables peuvent soulager la charge de travail, en réduisant les risques d’erreurs, en économisant du temps et en augmentant l’efficience des activités. En enlevant beaucoup de temps de saisie de données, l’utilisation des nouvelles technologies a aussi l’avantage de rendre les activités plus stimulantes pour les employés en ayant plus de temps en support aux entrepreneurs, comme en coût de projet, facturation et autres.

Accompagnement

Les nouvelles technologies sont aussi importantes dans une entreprise qui veut faire une place à la jeune génération. Ça vaut aussi pour les tâches en comptabilité. Ce peut être très attrayant pour une embauche.

Raymond Chabot Grant Thornton accompagne bon nombre de clients qui travaillent à la comptabilité dans les entreprises, leur donne des outils, de la formation, etc.

« Il est important pour une entreprise de ne pas négliger la fonction de comptable. Il ne faut pas attendre de perdre une ou deux ressources avant d’agir. De bonnes conditions et un environnement de travail agréable, une bonne définition et répartition des tâches, c’est souvent de petites choses comme celles-là qui font une différence », assure Marc Lévesque.

De son côté, Josée Boudreault mentionne l’importance de ne rien laisser au hasard et de bien s’entourer.

« On peut les aider à trouver des solutions. Il ne faut surtout pas se gêner de demander de l’aide et de communiquer avec nos ressources. Une PME peut être rapidement débordée », conclut-elle.

 

Le Cahier EntrePreneurs est une initiative de Trium Médias, en collaboration avec le journal Les Affaires. Dans les éditions trimestrielles (avril, juin, septembre et novembre) se trouveront des articles touchant directement les enjeux et défis du monde des affaires.

Pour consulter la quatrième édition

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES