Mercredi, 24 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 23 s

Un projet de voie ferrée de contournement à la fin mars

Jean Tremblay
Le 10 mars 2022 — Modifié à 06 h 57 min le 10 mars 2022
Par Jean Tremblay - Journaliste

Chambord deviendra la première municipalité de la région à obtenir les résultats des études menées par CMAX Transport. À la fin mars, l’organisme déposera aux élus un rapport visant à solutionner la problématique de la voie ferrée urbaine, qui a été le théâtre d’un déraillement du Canadien National (CN) le 22 février dernier.

CMAX Transport, créé en automne 2019 par Développement Économique 02 (DE02), travaille depuis deux ans, de concert avec le conseil municipal, sur un projet de voie de contournement de la voie ferrée. L’organisme, qui a comme objectif de maximiser les retombées économiques par l’optimisation du réseau régional de transport, a terminé ses travaux pour Chambord.

La municipalité figure en tête de liste des projets municipaux visant à relocaliser une partie de la voie ferrée qui passe sur son territoire.

« Nous avons réalisé des travaux d’ingénierie pour vérifier la faisabilité technique de réaliser ces projets. Nous déposerons ce qu’on pense être la meilleure solution. Par la suite, il en reviendra à la municipalité de Chambord de décider de la suite », confirme Claude Asselin, coordonnateur pour CMAX Transport.

Rue de la Gare bloquée

La solution proposée permettrait de réduire de façon significative l’expropriation de terres, ce qui augmente, plus souvent qu’autrement, le niveau de difficulté pour réaliser de tels projets.

« Le tracé projeté pour la voie de contournement débuterait au belvédère de Chambord. La nouvelle voie ferrée passerait par le chemin Inter Cité pour rejoindre la route Saint-André », explique le maire, Luc Chiasson.

Il rappelle qu’il faut régler le problème de la rue de la Gare, qui se retrouve bloquée régulièrement par le train.

Demande au provincial

Lorsque les coûts de la voie de contournement ferroviaire seront connus, Chambord déposera une demande d’aide financière à la députée Nancy Guillemette.

« Si on avait demandé de déménager la Gare de triage qui date des années 1940, il aurait fallu s’adresser au fédéral. Cette option s’avère trop dispendieuse. Puisque le projet concerne une voie de contournement, ça touche davantage le provincial », confirme le maire Luc Chiasson.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES