Mardi, 20 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 40 s

Le site d’enfouissement d’Hébertville-Station sera agrandi

Louis Potvin
Le 17 février 2023 — Modifié à 11 h 44 min le 17 février 2023
Par Louis Potvin - Rédacteur en chef

Le site d’enfouissement d’Hébertville-Station sera agrandi

Afin de répondre au besoin de traitement des ordures de Saguenay, le lieu d’enfouissement technique d’Hébertville-Station devra être agrandi au coût de 107 M$. Une première étape est réalisée avec le dépôt de l’étude d’impact sur l’environnement.

En 2018, la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR) avait obtenu une autorisation pour augmenter le tonnage maximal autorisé de 70 000 tonnes à 203 000 tonnes annuellement à la suite de l’entente signée avec la Ville de Saguenay et la MRC du Fjord-du-Saguenay pour le traitement des déchets de l’ensemble de la région. Cette augmentation du tonnage annuel a réduit la durée de vie de 20 ans du site, qui était prévue pour 40 ans.

Le projet est composé de deux phases d’agrandissement qui ajouteront une vingtaine d’années à la durée de vie du site. Dans la première phase, deux cellules d’enfouissement seront ajoutées au site actuel. Par la suite, une zone de 25 hectares comprenant 14 nouvelles cellules sera aménagée en périphérie du site. Les cellules prévues au projet seront construites progressivement, selon l’évolution des besoins d’enfouissement.

Le coût total du projet est estimé à 107 M$.

Capacité

Le site d’enfouissement reçoit entre 130 000 et 140 000 tonnes de déchets par année. Le décret actuel permet de recevoir 203 500 tonnes par an. Le même tonnage annuel maximum sera demandé.

« L’entente de partenariat entre la RMR, la MRC du Fjord-du-Saguenay et la Ville de Saguenay comporte plusieurs avantages, dont des économies de coûts pour le traitement des déchets. Aussi, la régionalisation de la gestion des matières résiduelles fait partie des onze orientations stratégiques du rapport du bureau des audiences publiques sur l’état des lieux et la gestion des résidus ultimes », explique-t-on dans un communiqué de presse.

Étude

Avant d’être en mesure de déposer l’étude d’impact sur l’environnement au

ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements

climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP), la RMR a réalisé de nombreuses consultations.

« Le dépôt de l’étude d’impact est une étape charnière dans le processus de notre projet d’agrandissement. Il était important pour la RMR de prendre le temps d’analyser différents scénarios afin de sélectionner celui qui nous permettra de répondre aux besoins d’enfouissement à long terme de la région tout en minimisant l’impact sur l’environnement et sur les voisins du site. Je tiens d’ailleurs à souligner le travail de l’équipe qui a piloté ce dossier », a mentionné Luc Simard, président du conseil d’administration de la RMR.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES