Mercredi, 19 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 28 s

Projet de développement domiciliaire Bellevue bonifié

Jean Tremblay
Le 15 mars 2023 — Modifié à 07 h 29 min le 15 mars 2023
Par Jean Tremblay - Journaliste

Le promoteur du développement domiciliaire prévu à l’extrémité de la rue Bellevue Sud, sur le bord de l’Ashuapmushuan, propose une nouvelle version bonifiée qui tient davantage compte des milieux humides et hydriques qui s’y trouvent.

C’est ce qui a été présenté lors de la dernière séance publique du conseil municipal de Saint-Félicien.

« Le promoteur a modifié son projet. Dans cette zone se trouvent trois petits milieux humides qui sont dans un état dégradé. La conservation à long terme n’est pas garantie », explique Dany Coudé, directeur général à la ville de Saint-Félicien.

La nouvelle version de ce développement permettra d’améliorer le tout.

« Le projet prévoit de bonifier ces endroits humides en les convertissant en bassins de rétention des eaux de pluie. Il s’agit d’une amélioration importante par rapport à ce qui avait été présenté et accepté par le conseil de la ville et de la MRC du Domaine-du-Roy », ajoute le DG.

Conseillère en désaccord

Pour sa part, la conseillère Josée Lemay, qui avait manifesté son désaccord lors de la première présentation, a de nouveau voté contre la résolution d’appui à ce projet domiciliaire de plus de 50 terrains.

« J’avais déjà démontré mon opposition en toute transparence et intégrité. Toutefois, je suis heureuse d’apprendre que le projet comporte des améliorations dans les zones humides. Je ne suis pas contre à 100%, mais j’ai encore des réserves », a-t-elle expliqué lors de la demande du vote sur ce projet par le maire Luc Gibbons.

Consultation populaire

Le maire Gibbons a tenu à rassurer la population sur la consultation qui fait partie du processus d’acceptabilité du projet. L’adoption par le conseil municipal du nouveau projet n’est que la première étape de réalisation. Il faudra patienter avant d’assister à la première pelletée de terre.

« Par la suite, la MRC devra se positionner. Ensuite, le dossier sera soumis à Québec et finalement nous allons consulter la population », a mentionné le premier magistrat.

« La chance qu’on a, c’est de pouvoir bénéficier de promoteurs locaux. Nous en avons au Tobo-Ski, en arrière de chez IGA et sur la rue Bellevue Sud. Ces gens acceptent de prendre des risques personnels », conclut-il.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES