Lundi, 22 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 20 s

Horticulture : l’intérêt se maintient dans le haut du lac

Serge Tremblay
Le 12 mai 2023 — Modifié à 06 h 56 min le 12 mai 2023
Par Serge Tremblay - Rédacteur en chef

Bon nombre de personnes ont découvert les plaisirs du jardinage pendant les périodes de confinement de la pandémie. Bonne nouvelle pour les centres de jardinage : l’intérêt ne semble pas se tarir.

« Avec le printemps hâtif, les gens ont déjà commencé à jardiner. C’est très plaisant de voir que désormais, davantage de jeunes familles s’adonnent à ce passe-temps. On croyait qu’avec la fin de la pandémie, l’intérêt allait fortement diminuer, mais nous sommes agréablement surpris de constater que c’est tout le contraire », raconte, Josée Boulanger, copropriétaire avec son conjoint du centre d’aménagement paysager Horti-Plus à Albanel.

La jardinière d’expérience souligne que les ventes ont grimpé de façon notable ces dernières années. Avec la pandémie, elle a dû composer avec des ruptures de stock pour différentes plantes et articles. Par peur d’en manquer, les clients ont commencé à s’approvisionner plus tôt et la tendance s’est maintenue.

« Les nouveaux clients se font de plus en plus fréquents et c’est un très bon signe ! Ils ont cette soif d’apprendre sur l’aménagement paysagé et ils sont surtout fiers de s’occuper de leurs plantes. »

Tendances populaires

Josée Boulanger et son conjoint Eddy Gaudreault constatent qu’en raison de l’inflation sur les aliments, les clients se tournent de plis en plus vers la culture de légumes et de petits fruits.

« Sinon, mes clients sont curieux et ils adorent l’expérimenter. La cultivation de piments forts se fait de plus en plus présente. »

Jardin d’Or de St-Félicien

À la pépinière Jardin d’Or de St-Félicien, le son de cloche est le même. La propriétaire, Audrey Ménard, se sent optimiste pour la saison de jardinage qui a débuté en force depuis quelques semaines déjà.

« Les gens y ont pris goût pendant le confinement et l’intérêt est resté. En mars, je vendais principalement des plantes de maisons, mais ces dernières semaines, les plantes extérieures partaient en un rien de temps. »

Aurey Ménard ajoute qu’elle aussi constate un engouement pour les arbres fruitiers, notamment chez les jeunes familles.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES